contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



L'OR DE SON PARTENAIRE DISPARAIT CHEZ ELLE Fatimata charge son mari pour se tirer d'affaire



Plus bête que Fatimata Diène tu meurs. Ayant empoché les 455 grammes d'or d'un orpailleur, elle accuse son mari américain de l'avoir volé. Mais Fatimata a comparu hier à la barre du tribunal des flagrants délits, après 15 jours de détention préventive et devra rester derrière les barreaux pendant 3 mois.



L'OR DE SON PARTENAIRE DISPARAIT CHEZ ELLE Fatimata charge son mari pour se tirer d'affaire
Courant 2011, l'orpailleur Tom¬bong Touré résidant à Kédougou a fait la connaissance de Fatimata Diène travaillant elle aussi dans l'exploitation de l'or dans cette zone. Après négociation, ils ont signé un contrat de vente d'or que la dame exécutera tardivement. Quelque temps après, Fatimata Diène a contacté de nouveau Tombong Touré prétextant qu'elle a des partenaires polonais qui avaient besoin d'une importante quantité d'or. Tombong a refusé une première fois. Loin de se décourager, la dame a contacté un nommé Nar Ngom qui est une connaissance commune aux deux partenaires et ce dernier a, convaincu Tombong qui a fini par accepter.
Pour se faire, Fatimata Diène a envoyé à Tombong la somme de 200.000 francs Cfa pour qu'il loue une voiture 4x4 et vienne à Dakar où devait s'effectuer la vente. Tombong est venu un samedi avec 455 grammes d'or moyennant la somme de 10.920.000 francs Cfa. La dame Diène récupère la marchandise et propose à Tombong de revenir le lundi.
Mais le dimanche, Fatimata fait savoir à Tombong qu'on a volé l'or à son domicile sis aux Maristes et les partenaires sont rentrés. Ayant réclamé son argent plusieurs fois et sans succès, Tombong a porté plainte contre Fatimata pour escroquerie. Elle a été arrêtée et placée sous mandat de dépôt le 18 octobre dernier.
Revenant sur les faits, Fatimata Diène a reconnu avoir reçu les 455 grammes d'or. Toutefois, elle ajoute que l'or a été volé par son mari. À l'en croire, elle est mariée depuis 4 mois à un Américain, qui se dit avocat en Angleterre. Et quelques heures après avoir reçu l'or, elle a piqué une crise après avoir mangé une pomme remise par son mari. Elle a soutenu que ce dernier l'a conduite à la clinique. «Je suis sortie de la clinique le lendemain et arrivée à la maison, j'ai constaté que mon mari était absent. Il a lancé un message sur mon portable où il reconnaît avoir pris l'or », soutient la prévenue. D'après toujours ses propos, elle est partie déclarer le vol à la police et elle a informé le plaignant en lui proposant de rembourser l'argent.
La partie civile n'a pas comparu. Son conseil qui a défendu ses intérêts, a plaidé la constance des faits en soutenant que la prévenue est une femme cupide qui se mêle à tout. Mieux, dans cette affaire, elle a agi en complicité avec son mari imaginaire. Il a demandé qu'on alloue à son client la somme de 13 millions pour toute cause de préjudices confondus.
Le représentant du ministère public a requis un an ferme en évoquant la mauvaise foi de Fatimata Diène. Selon le parquet, les faits sont constants, et la prévenue a fourni des affirmations gratuites.
Une position contestée par la défense de la prévenue assurée par Me Moustapha Diop. Ce dernier a plaidé la disqualification des faits d'escroquerie en abus de confiance. D'après Me Diop, sa cliente n'a pas usé de manœuvres frauduleuses et l'argent a été bel et bien volé. Il a ainsi plaidé une application bienveillante de la loi, car dit-il, sa cliente est malade et va rembourser l'argent d'ici vendredi.
Le tribunal, après en avoir délibéré a disqualifié les faits d'escroquerie en abus de confiance et a condamné Fatimata Diène à 3 mois d'emprisonnement ferme et a payé au prévenu la somme de 12 millions de francs pour toute cause de préjudices confondus.

SOURCE : Walf Grand Place Fatou CISSOKHO (Stagiaire)

mis en ligne xibar.net


Jeudi 3 Novembre 2011 - 20:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.