contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



L’information judiciaire sur l’acquisition de terrains par la mairie de Dakar à la Une des journaux du Vendredi 17 Septembre 2010



Les journaux ont fait leurs choux gras, vendredi, de la décision du président Abdoulaye Wade de faire ouvrir une information judiciaire sur l’acquisition de terrains par la mairie de Dakar.



L’information judiciaire sur l’acquisition de terrains par la mairie de Dakar à la Une des journaux du Vendredi 17 Septembre 2010
‘’L’Etat a décidé d’ouvrir une information judiciaire concernant le projet d’acquisition de cinq terrains par le conseil municipal de Dakar’’, écrit Le Soleil, précisant que c’est le président de la République Me Abdoulaye Wade qui a pris cette mesure, jeudi, en conseil des ministres.

‘’En vérité, écrit L’As, le pouvoir soupçonne la mairie de Dakar de tenter de faire sortir par la fenêtre 15 milliards pour les faire rentrer, par la porte, dans les caisses du Parti socialiste (PS, opposition)’’ dont le maire de Dakar est membre.

Le même journal prête au président Wade les propos suivants, lors de la réunion du gouvernement : ‘’Ce qui m’étonne, c’est le fait que la mairie, qui a toutes les possibilités de demander et d’obtenir des terrains de l’Etat, veuille prendre de telles sommes (15,3 milliards de francs CFA), pour en acheter.’’

Le 1er septembre, le conseil municipal de Dakar avait autorisé le maire Khalifa Sall à acquérir, au nom de la ville, cinq terrains d’une valeur de 15,3 milliards de francs CFA, rappelle le Soleil, qui cite le communiqué du conseil des ministres.

‘’Depuis hier (jeudi), mandat est donné au préfet de Dakar, par le ministre de la Décentralisation et des Collectivités locales, de ne pas approuver les délibérations sur le foncier de la capitale’’, fait savoir Le Quotidien.

Des ‘’proches’’ du maire de Dakar ‘’préviennent qu’ils ne se laisseront pas faire, parce que convaincus que Wade est entré dans une +logique manifeste purement politique+’’, lit-on dans Le Quotidien.

Parmi d’autres motifs invoqués par le président de la République figure ‘’la non-conformité du prix de vente du mètre carré (des terrains acquis) avec le prix de référence du marché’’, explique Le Messager.

‘’Wade active la justice contre Khalifa Sall’’, titre L’Observateur dans lequel Babacar Bâ, conseiller spécial de Khalifa Sall, fait prévaloir la ‘’souveraineté’’ du conseil municipal sur l’acquisition des terrains en question.

Le Populaire s’intéresse au contrat liant l’Agence de régulation des télécommunications et postes (ARTP, publique) et et la société américaine Global Voice Group. ’’Le décret instituant un système de contrôle et de tarification des appels téléphoniques internationaux vers le Sénégal n’est plus d’actualité’’, indique le journal.

Il précise que ce décret a été ’’retiré par le président de la République Me Abdoulaye Wade’’, à la suite de l’annulation, mercredi, du contrat cédant le contrôle de ces appels à Global Voice Group, par l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP).

‘’Le Sénégal a-t-il perdu ces enfants ?’’, se demande Walf Sports. Il précise qu’Amara Traoré, le sélectionneur des Lions du football, parti à la recherche des binationaux, bute sur une "concurrence (…) de taille", celle de l’équipe de France, réceptacle de certains d’entre eux, comme Mouhamadou Dabo, sociétaire du FC Séville (Espagne).

"Nous avons de bons joueurs, qui jouent un peu partout, dans les grands clubs européens surtout (…) Mais, le plus compliqué, c’est de monter une équipe", confie Traoré à Stades, qui consacre sa une à sept binationaux.

En lutte avec frappe, Walf Sports décèle "les signes de fin de la caste des ténors". "La recomposition de l’arène a sonné, annonçant l’arrivée d’une nouvelle élite", analyse le journal.

APS

PiccMi.Com

Vendredi 17 Septembre 2010 - 12:49



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.