contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



LA ZAKAT AL FITR: Un exemple de solidarité musulmane



L’Islam est une religion de solidarité. L’Aumône de la rupture ou zakat al fitr en est une parfaite illustration. Cette rituelle élevée au rang d’obligation pour chaque musulman libre et qui en a les moyens, revêt à la fois une dimension spirituelle et sociale.



LA ZAKAT AL FITR:  Un exemple de solidarité musulmane
Selon le Prophète Mohamed (Psl) « le jeûne, à la fin du ramadan est suspendu entre le ciel et la terre. C’est la zakatoul fitr qui l’élève au ciel ». La zakat (assaka ou mourou koor en wolof) purifie l’âme de ce qui l’aurait souillée pendant le jeûne, tel que le bavardage et les paroles futiles, indécentes et obscènes.

Au-delà de ce caractère spirituel, elle se veut véritable entreprise sociale. Son objectif est de priver aux démunis la pratique quotidienne de la main tendue en ce jour de fête. L’acte devient obligatoire dés la veille de la fête, de préférence le jour même depuis l’aube jusqu’avant la prière. En cette veille de koritè, les démunis commencent à converger vers les lieux de culte où ces aides sont distribuées.

L’atmosphère qui prévaut dans les mosquées de sacré cœur 3 pyrotechnique et liberté 6 le confirme. Ndiaga Cissé, un fidèle rencontré à la mosquée de la liberté 6 salue cette belle idée de solidarité entre frères musulmans.

Il déclare : « c’est un grand élan de solidarité et de fraternité. Tout musulman doit s’en acquitter, ne ce reste que pour permettre aux indigents de vivre la fête comme tout le monde ». Selon Pape Amadou Kamara de la mosquée de sacré cœur 3, « donner la zakat en nourriture, c’est faire revivre la Sounnah du Prophète(Psl) ».

Cependant, cette version n’est pas unanimement appréciée par certains démunis qui préfèrent qu’une partie de l’aumône soit de l’argent liquide. Fatou Seck, une mendiante d’une trentaine d’années, trouvée devant de la mosquée de sacré cœur 3, martèle : « nous sommes obligés de vendre une bonne partie du riz à vil prix pour satisfaire d’autres besoins, comme de la viande ou des condiments ». Avant d’ajouter : « parfois, nos enfants ont besoin de nouvelles chaussures ou habits comme leurs camarades ».

COMMENT ? Suivez cette Video


Source : Sudonline.sn

Vendredi 25 Juillet 2014 - 10:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.