contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



LE DÉCÈS DE PACOTILLE ET D’AUTRES SUJETS EN EXERGUE



Plusieurs sujets sont à la Une des quotidiens parvenus lundi à l’APS, dont le rappel à Dieu de l’artiste rappeur Pacotille, de son vrai nom Cheikh Sidati Fall, à l’âge de 42 ans.



LE DÉCÈS DE PACOTILLE ET D’AUTRES SUJETS EN EXERGUE
‘’Pacotille aphone pour l’éternité !’’, affiche Le Témoin quotidien, au sujet de la mort brutale de cet artiste, samedi à Dakar, suite à un malaise. Cet artiste célèbre pour ses tic-tic (chaussures bon marché) laisse dernière lui une femme et deux enfants.

‘’Le rappeur qui manipulait avec merveille le ballon rond, se permettant de jongler sur scène, est décédé pendant son évacuation (…)’’, rapporte L’Observateur, se faisant l’écho des ‘’témoignages poignants’’ de son ex-épouse.

‘’Il m’a couverte du voile de la retenue et de la discrétion jusqu’à sa mort’’, déclare Mame Kaïré Thiam, dont le témoignage a permis de ‘’percer le mystère du caractère multidimensionnel du rappeur-jongleur (…)’’, souligne le même journal.

‘’Amis rappeurs, camarades de parti, amis d’enfance et parents lui ont rendu un dernier hommage, lors de son inhumation à Thiaroye’’, dans la grande banlieue dakaroise, renseigne Enquête. ‘’Il repose désormais aux côtés de sa mère’’, relève Waa Grand Place.

‘’Il est parti avec sa joie de vivre et son sourire’ (Le Populaire) et ‘’a récité le Coran jusqu’à la mort’’, signale La Tribune, revenant sur les ‘’derniers instants d’un homme de conviction’’, révélé au grand public au début des années 2000.

Le mouvement hip-hop, ‘’endeuillé’’ (Le Soleil), ‘’perd un militant engagé’’ (Walfadjri). Pacotille ‘’s’était engagé en politique auprès de Wade et est vu aux yeux de ses camarades de parti comme un +modèle de fidélité et un homme constant’’, écrit le dernier quotidien cité.

‘’Wadiste dans l’âme, le jeune artiste a fait ses débuts dans le rap en 1997. Ses textes, profonds et bien fouillés, évoquaient les maux de son époque : la perte des valeurs, de la dignité humaine, la prostitution, les viols, le terrorisme, le réchauffement climatique’’, écrit le journal Le Quotidien.

Il ajoute : ‘’Visionnaire, il avait une lecture lucide de la société et n’hésitait pas à poser des débats de fond. +Tout ce que nous voyons me pousse à m’interroger : est-ce que nous sommes à la fin du monde ?+, s’inquiétait-il’’.

Pour le reste de l’actualité, Le Soleil annonce que des privés chinois ‘’vont installer une usine textile à Diamniadio, le nouveau pôle urbain en construction à la sortie de Dakar. ‘’1.000 à 5.000 emplois’’ sont attendus de ce projet, précise le quotidien national.

Le Quotidien fait état d’une pression qui serait exercé sur le secrétaire général du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, pour l’amener à trancher la question d’une candidature de cette formation à la prochaine présidentielle.

‘’Le PS doit vider cette question, car le temps sera contre nous’’, soutient par exemple Alioune Ndoye, le maire socialiste de la commune de Dakar-Plateau et membre du Bureau politique du Parti socialiste.

Walfadjri annonce que le Grand cadre des syndicats d’enseignants a décidé de boycotter les corrections des examens scolaires, pour protester contre le retard noté, selon les syndicalistes, dans l’exécution des directives du Premier ministre concernant les réponses devant être apportées à leurs revendications.

Enquête ouvre sur un dossier concernant les détournements dans le secteur de la santé. ‘’Vol organisé !’’, s’exclame le journal à sa Une. Le Témoin quotidien revient lui sur les chiffres de la "domination" économique liée à la présence française au Sénégal.


Lundi 6 Juillet 2015 - 08:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.