contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



LIVRE - Regard critique sur l’Itinéraire d’un enfant d’Afrique : Jean Dib Ndour partage la sagesse sérère





LIVRE - Regard critique sur l’Itinéraire d’un enfant d’Afrique : Jean Dib Ndour partage la sagesse sérère
«Quelle que soit la durée de la nuit, le soleil finira par se lever», rappelle Jean Dib Ndour dans son premier roman intitulé Itinéraire d’un enfant d’Afrique. Dans cette œuvre, bientôt disponible dans les librairies au Sénégal après sa sortie en Europe, le jeune auteur, hôtelier de profession, fait l’apologie d’une Afrique positive. Son œuvre est surtout un condensé de belles histoires vécues, de diverses anecdotes. Elle est encore riche en proverbes et paraboles. Une façon pour l’auteur, un natif de Fadiouth, de partager avec le reste du monde la culture et la sagesse sérères.

Ce sont au total 175 pages qui ont permis à Jean Dib Ndour de raconter son enfance. Son œuvre Itiné­raire d’un enfant d’Afrique est un condensé de joie et de peine. L’œuvre, un roman de vie, facile à lire se présente comme un condensé de son vécu au Sénégal. L’auteur, expatrié en Europe, n’hésite pas à présenter au reste du monde son regard sur son pays, sur sa culture. Dans ses récits pleins d’anecdotes, il décrit l’Afri­que, le Sénégal et plus particulièrement son village Nguéniène, de telle sorte que le lecteur transporté par la magie du verbe et la beauté des histoires, a forcément envie d’aller découvrir.

L’Itinéraire d’un enfant d’Afrique est «le récit du petit garçon, "poli par le regard de l’homme adulte". C’est ce qu’indique une note de présentation qui précise que ce livre «fait partager les mystères, la magie, la joie de l’Afrique, mais aussi ses souffrances, ses difficultés et ses interrogations». L’œuvre de Jean Dib Ndour présente en effet une «Afrique qui traite ses femmes comme des reines et considère ses handicapés comme des exemples à méditer. L’Afrique qui inculque à ses enfants des valeurs universelles et intemporelles». Ce qui fait surtout le charme de cette œuvre littéraire, c’est que l’auteur, bien que jeune (la trentaine), use de formules de sagesse pour laisser aux lecteurs, au terme de chaque chapitre, une leçon de vie. D’ailleurs de la première page à la dernière, les titres de ce roman sont une invitation à une perpétuelle méditation. Que l’on soit Africain ou Européen, les formules qu’utilise l’auteur pour introduire chacun des passages accrochent et font réfléchir. On peut citer entre autres prover­bes qui interpellent : «Un grain de mil a toujours tort devant une poule», «Une seule main ne peut se laver proprement» ou encore «On ne peut pas battre le tam-tam et se gratter les fesses en même temps».

Outre ces nombreux proverbes que l’on parcourt avec plaisir, Jean Dib Ndour, bien qu’expatrié en Europe, fait usage de beaucoup de mots sérères qu’il ne manque pas d’expliquer en bas de page. Une manière de se rapprocher des siens ? Une façon de marquer son appartenance à cette ethnie du Sénégal ? Rien n’est moins sûr. Il explique lui-même que sa plus grande ambition en se faisant publier à compte d’auteur est de promouvoir une Afrique positive. A-t-il atteint son objectif ? Il reviendra à chaque lecteur d’apprécier. Mais avant de le lire, Jean Dib Ndour prévient : "Celui qui veut du miel doit avoir le courage d’affronter les abeilles".

Lequotidien


Samedi 2 Août 2014 - 06:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.