contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



La Face Cachée de Ben Laden



Un père richissime, à la tête de l'empire commercial Bin Laden, et le soutien de la famille royale saoudienne. Oussama Ben Laden était promis dès sa naissance à un avenir d'entrepreneur à la vie facile. Mais l'ennemi public n°1 des Etats-Unis en a voulu autrement.




Ben Laden a 22 ans quand le prince saoudien Turki al-Fayçal l'approche. Connaissant la foi profonde du jeune homme, il l'incite à partir en Afghanistan afin de combattre l'occupation soviétique. En arrivant sur place en 1982, Ben Laden découvre la désorganisation des moudjahiddins. Volontiers volontaire, il intègre le « Bureau des services ». Et s'occupe de tout : accueil des combattants, formation, approvisionnement, soutien des civils, éducation.

A la tête de ce qui deviendra Al-Qaïda, Ben Laden est déçu lorsqu'il apprend en 1989 que l'Arabie saoudite et les Etats-Unis lui retirent leur soutien, puisque l'URSS a déserté l'Afghanistan. La rupture vient avec la première guerre en Irak, lorsque le roi Fahd refuse son aide et lui préfère l'armée américaine. Pour lui, le sol sacré de l'Arabie saoudite est souillé par les infidèles.

Isolé des Américains et des Saoudiens, Oussama Ben Laden s'exile au Soudan et finance plusieurs organisations terroristes dans le monde. En 1992, elles frappent le Yémen et le World Trade Center. En 1996, les ambassades américaines du Kenya et de Tanzanie sont la cible des bombes. La guerre s'officialise.

Elle prend un tournant décisif avec les attentats du 11 septembre 2001. Ben Laden est aussitôt accusé, même s'il n'a jamais revendiqué les attaques, parce que lui seul dispose des fonds nécessaires pour mener un tel projet.

Depuis traqué et caché, Ben Laden semble diriger Al-Qaïda de loin. L'organisation recrute toujours et le terrorisme ne s'est jamais aussi bien porté. Mais les rumeurs sur sa santé déclinante, voire sa mort, vont bon train. Peu importe. Alors que les attentats se multiplient depuis 2001, notamment dans les pays arabes, Ben Laden sait qu'Al-Qaïda peut vivre sans lui pour maintenir la psychose dans le monde occidental.

Ben Laden critique Barack Obama

Le 14 janvier 2009, Ben Laden fait pour la première référence à Barack Obama, dans un enregistrement sonore diffusé à quelques jours de l'investiture du nouveau président américain, en glosant sur l'héritage que lui laisse George Bush. Le 3 juin, il s'en prend plus directement au nouveau chef de la Maison Blanche, l'accusant de "suivre la même politique d'hostilité" à l'égard des musulmans que son prédécesseur.

"Obama suit les pas de son prédécesseur dans sa politique d'hostilité à l'égard des musulmans (...). Il pose ainsi les fondements à des guerres de longue durée", martèle le chef d'Al-Qaïda dans les extraits de son message diffusés par Al-Jazira. Reprochant à Obama et ses alliés de poursuivre l'offensive militaire en Aghanistan, notamment celle menée par l'armée pakistanaise dans la valéle du Swat, il profère de nouvelles menaces à l'encontre du "grand satan" :

"Le nombre de ces semences équivaut celui de ceux qui ont souffert et de ceux qui ont été déplacés de la vallée de Swat. Que le peuple américain se prépare à continuer à cueillir les fruits de ce qui a été semé par les dirigeants de la Maison Blanche pendant les années et les décennies à venir".

Mort ou vif, le spectre de Ben Laden n'a pas fini de planer sur la politique américaine au Moyen-Orient, malgré les promesses de changement de la nouvelle administration US.

PiccMi.Com

Lundi 20 Septembre 2010 - 09:07



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.