contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



La Russie pour les Etats-Unis



Après leur promenade contre l'Angola (121-66), les Etats-Unis devront se frotter à la Russie, dans trois jours, en quarts de finale du Championnat du monde 2010. Opposés en huitièmes à la Nouvelle-Zélande, ce lundi soir à Istanbul, les Russes ont mis un peu plus d'un quart-temps à se réveiller, pour finalement l'emporter assez tranquillement (78-56).



La Russie pour les Etats-Unis
La Nouvelle-Zélande a effectué son dernier haka en Turquie. Qualifiés un peu à la surprise générale pour les huitièmes de finale, après avoir notamment pris le meilleur sur l'équipe de France lors du premier tour, les Tall Blacks ont retrouvé leur taille humaine contre la Russie (78-56), ce lundi soir à Istanbul. Auteurs d'un bon premier quart-temps, ils ont vite compris que leur belle aventure allait se terminer là, aux portes des quarts et des matches de classement. Rien d'anormal.

Leur jeu académique qui avait fait tant de mal aux Bleus n'a pas perturbé plus que ça l'équipe russe, bien emmenée par Vorontsevich (18 points, 11 rebonds). Un temps, les Néo-Zélandais ont pourtant cru qu'ils allaient être capables de créer un nouvel exploit. Jusque dans le deuxième quart, en fait, moment choisi par les Russes pour accélérer la cadence. Les Etats-Unis, qui avaient balayé un peu plus tôt l'Angola (121-66), auront donc un adversaire un peu plus coriace au prochain tour.

Face au Team USA, les hommes de David Blatt devront toutefois prendre soin de ne pas reproduire le même début de match poussif que contre les Néo-Zélandais, qui ont fait mieux que jeu égal avec leurs adversaires. Grâce à Cameron de loin puis un lay-up de Penney, ils ont ainsi pris le contrôle de la rencontre sans tarder (9-2, 4e). Un effet de surprise qui a duré plusieurs minutes malgré le bon travail de Mozgov à l'intérieur et l'adresse de Fridzon à trois-points (21-16, 13e). Mais d'un coup d'un seul, la mécanique russe s'est enclenchée. Un 13-0 plus tard, elle avait déjà anéanti les espoirs océaniens (29-21, 16e).


Penney n'a pas suffi



Huit points d'avance ne sont pas grand-chose, certes. Mais courir après le score n'était cette fois pas dans les cordes de la Nouvelle-Zélande et sa gâchette en chef, Penney, encore une fois très en vue avec 21 points. Le troisième quart-temps n'a fait que confirmer la mainmise de la Russie sur le match, Vorontsevich prenant feu à longue distance et étant soutenu sous le cercle par Mozgov (51-35, 28e). Maladroits derrière l'arc (5/24 soit 21%), eux qui avaient fait de leur réussite à trois-points leur fonds de commerce depuis le début du tournoi, les Tall Blacks ne sont ensuite jamais parvenus à revenir. Ou trop peu pour inquiéter le collectif russe.

Même quand Penney a ramenés les siens à huit longueurs au début du dernier quart-temps, en réussissant trois lancers francs, Vorontsevich et Bykov lui ont répondu du tac au tac (56-43, 32e). Un écart de treize points que les Russes ont su conserver pendant plusieurs minutes avant de le creuser une dernière fois, toujours grâce à l'incontournable Vorontsevich et son lieutenant Mosgov (16 points, 7 rebonds). Bien qu'encore privée de son joueur vedette Khryapa, blessé, la Russie sera un morceau de choix pour les Américains. Avec l'élimination de la Nouvelle-Zélande, il ne reste plus vraiment de Petit Poucet dans ce Mondial 2010. A part la Chine, qui défie la Lituanie mardi soir.


Source Sports.fr

M.S.

Lundi 6 Septembre 2010 - 21:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.