contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La Tête Du Roi A Failli Tomber



Au bord du précipice, Roger Federer s'en sort. Mais le Colombien Alejandro Falla a servi pour le match avant de céder (5-7, 4-6, 6-4, 7-6 [1], 6-0). Au deuxième tour, le Suisse affronte Ilia Bozoljac.



La Tête Du Roi A Failli Tomber
Les spectateurs du court central n'en reviennent pas. Les Anglais aiment la tradition et ils sont venus voir l'entrée en lice du tenant du titre. Ils sont venus voir la nouvelle tenue du maître des lieux avec son petit lainage beige et sa virgule dorée. Ils sont venus voir l'ouverture du plus grand tournoi du monde. Ils ne posent même pas la question sur le nom du vainqueur. C'est une évidence... Pourtant il faut voir le tableau d'affichage pour le croire.

Il est 15h40', Alejandro Falla sert pour le match contre Roger Federer. Le Colombien mène (7-5, 6-4, 4-6, 5-4) contre une des légendes de Wimbledon. C'est bien le problème. A ce moment précis, il ne joue plus contre un simple joueur de tennis. Il joue pour concrétiser un rêve. Il joue contre un adversaire à qui il n'avait jamais pris un set. D'un coup, il prend conscience de la portée de son possible exploit et son bras tremble. Le sextuple vainqueur de Wimbledon le sait. Il ne joue pas bien, mais il connaît la difficulté de conclure un match. Alors il fait jouer et le 60e mondial déjoue. Comme au troisième set à (7-5, 6-4, 4-4 (0-40) et quatre balles de break), les jambes du Colombien flageolent et sa balle ne sort plus de sa raquette.

La peur de gagner de Falla

Le diagnostic est clair : la peur de gagner. Le tie-break de la quatrième manche sonne le glas avec le Suisse en reconquête et le Colombien en pleine détresse. Pourtant, avec son jeu de gaucher, il met au supplice le numéro 2 mondial pendant près de trois heures. Lent, crispé et irrégulier, le Suisse joue faux et multiplie les fautes directes (40 au total). Alejandro Falla réalise le match de sa vie. Roger Federer vit un cauchemar à la hauteur de sa terrible désillusion de 2002 avec un échec en trois sets (6-3, 7-6, 6-3) contre Mario Ancic.

Mais il reste l'expérience et sur gazon, c'est inestimable. En grand champion, le Suisse ne s'affole pas et accepte de mal jouer. Pour la 6e fois de sa carrière, il gagne un match après avoir été mené deux sets à zéro. Il est 16h28', Roger Federer s'impose (5-7, 4-6, 6-4, 7-6 [1], 6-0 en 3h18') et les deux joueurs sortent du court central sous l'ovation du public. Le Suisse s'est fait peur. Le Colombien a eu peur. Cela fait toute la différence.







Lequipe.fr

M.S.

Lundi 21 Juin 2010 - 16:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.