contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La crise scolaire et d'autres sujets à la Une



La recrudescence possible de la crise scolaire et les Sénégalais figure parmi les sujets les plus en exergue dans la livraison de lundi de la presse quotidienne dont certains s'intéressent aux dernières victimes sénégalaises de l’émigration clandestine.



La crise scolaire et d'autres sujets à la Une
Les syndicats d'enseignants, regroupés au sein du Grand cadre des enseignants du Sénégal, déroule depuis février dernier, une grève par laquelle ils cherchent à amener le gouvernement à appliquer un protocole d'accord relatif à leurs revendications. L'ampleur de ce mouvement fait craindre le pire pour l'année scolaire.

De fait, le Sénégal "n'est pas encore sauvé d'une année blanche'' puisque le dernier round des négociations entre le Grand cadre des syndicats d'enseignants et le gouvernement, prévu ce lundi, "a été reporté à demain mardi dans l'après-midi, le temps de permettre aux bases de fournir leurs réponses à l'issue de leurs assemblées générales de mardi matin", écrit le quotidien L'As.

"Mais déjà, le CUSEMS (Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et du secondaire) section Abdoulaye Ndoye, qui regroupe l'essentiel des syndicats du moyen secondaire, a décidé de se radicaliser", ajoute ce journal, affichant : "Les syndicats font monter les enchères".

Le CUSEMS a annoncé dans un communiqué vouloir observer un débrayage lundi à partir de 10h dans le cadre de son 10e plan d'action. Celui-ci prévoit une grève totale mardi et mercredi et une rétention des notes du second semestre.

"Pour sévir face à cette forme de lutte syndicale, informe Direct Info, l'Etat brandit depuis quelques temps des menaces de ponction sur salaire. Une mesure, du reste, très normale mais que l'Etat hésite à mettre en exécution".

Une des explications tient peut-être au fait que le monde syndical du secteur de l'éducation "est devenu une auberge espagnole", selon la formule du quotidien Enquête. "Il y a du tout venant. Bref, le ver semble être bien logé dans le fruit", indique le même journal.

"Ordres différents, guerres de positionnement, interventions politiques, mercantilisme syndical, corruption, problème de démocratie interne…les organisations se créent à un rythme exponentiel, surtout depuis 2000, du fait surtout de multiples ingérences du régime libéral", soutient Enquête.

Toutefois, selon "la réalité des chiffres du budget arrêté à 2869,032 milliards" de francs CFA, "les enseignants sont loin d'être bénéficiaires de l'argent de l'Etat", qui revient principalement aux hauts fonctionnaires, présentés comme des ''cols blancs'' par Le Témoin quotidien.

D'autres quotidiens, dont L'Observateur, s'intéressent aux victimes sénégalaises de l'émigration clandestine, après les derniers naufrages enregistrés en méditerranée. Kothiary, une commune de la région de Tambacounda, se trouve "sous le choc", titre le même journal.

"Dans cette commune du département de Goudiry (région de Tambacounda), le dernier naufrage en méditerranée a fait des victimes. 4 jeunes, partis à l'aventure pour rejoindre l'Europe et ses promesses de lendemains meilleurs, sont morts noyés dans le plus grand cimetière marin du monde", écrit le journal.

Au total, le département de Goudiry compte 17 morts, selon les informations relayées par le journal Le Quotidien. "Alors qu'on n'a pas encore fini de pleurer les morts de Makacolibantang", également dans la région de Tambacounda, il est signalé la disparition de 17 jeunes à Goudiry, relève le journal.

Walfadjri et Libération annoncent qu'un kamikaze sénégalais a tué quatre soldats dans une attaque terroriste en Irak, à la frontière avec la Jordanie. Son nom de guerre, Abou Djafar al Senegali, a été révélé par l'Etat islamique, selon le dernier journal cité.

Les sujets politiques ne sont pas en reste, à travers notamment la dernière sortie de la Ligue démocratique (LD, majorité) sur les "mauvaises pratiques" de Macky Sall. La Tribune traite de cela en évoquant notamment la transhumance et l'implication de la famille dans la gestion du pouvoir.

Cette sortie n'est pas du goût du député Abdou Mbow de l'Alliance pour la République (APR, au pouvoir), si l'on en juge par sa réaction à la Une de Waa Grand place, où il ne se retient pas de brocarder les responsables de la LD, qualifés de "poids plume, presque jamais partants..". Ce qui peut expliquer ce titre du même journal : "LD/APR, le clash ?".

Le Populaire, lui, rapporte que le M23, un mouvement citoyen impliqué dans l'action politique, milite contre le régime présidentiel. "Il veut une réforme constitutionnelle consolidante sur la base d'un consensus fort", précise le journal.

Le Soleil ouvre sur les retombées de la visite du président de la République en Turquie. Le quotidien national annonce que qu'Ankara a accepté de financier le projet de train rapide conçu par le Sénégal et le marché de Diamniadio.

APS


Lundi 27 Avril 2015 - 09:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.