contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La fin de parcours d’Alain Giresse avec les Lions au menu



La fin de parcours d’Alain Giresse avec l’équipe nationale de football, éliminée de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), les rapports tendus entre l’opposition et le pouvoir et les déclarations de Bibo Bourgi devant la CREI sont les principaux sujets abordés par les quotidiens reçus jeudi à l’APS.



La fin de parcours d’Alain Giresse avec les Lions au menu
Le Français Alain Giresse, qui a conduit les Lions à la CAN 2015 en Guinée Equatoriale, n'est plus l'entraîneur du Sénégal, a indiqué mercredi le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Augustin Senghor, au cours d'un point de presse tenu à Malabo.

Pour Sud Quotidien, ‘’la Fédération +chasse+ Giresse’’. Selon le journal, ‘’c’est terminé ! Alain Giresse quitte le banc des Lions ! Le désormais ex-sélectionneur du Sénégal avait déclaré qu’il était en fin de contrat, mardi, en marge de l’élimination de son équipe par l’Algérie. Hier (mercredi), c’est Me Augustin Senghor (président de la Fédération sénégalaise de football (FSF) qui a annoncé la fin de la collaboration entre le Sénégal et l’ancien meneur de jeu des Bleus’’.

‘’Ouf, Giresse s’en va !’’, titre Stades et Walfadjri qui affiche à sa Une. ‘’Giresse, par ici la sortie !’’.

Dans Le Soleil, un des joueurs de l’équipe, Papiss Demba Cissé, confie : ‘’Le déficit de communication a été un des grands pêchés de Giresse’’.

‘’Le fusible Giresse saute…’’, constate Le Populaire qui estime que les responsables de la FSF ont viré le coach ‘’pour sauver leur peau’’.

‘’Giresse est parti… mais ceux-là qui avaient été le chercher…nous doivent des explications. Des comptes, Me Augustin Senghor et sa Fédération doivent aussi en rendre’’, affirme le journal.

‘’Après tout, si l’Etat casque 15 millions de nos pauvres francs dévalués tous les mois et aussi prés de 4 millions pour l’appartement, le téléphone, les billets d’avions, le fisc, etc, c’est bien parce que quelqu’un a dit qu’Alain Giresse, y a pas mieux (…). Reste à savoir si les fédéraux seront dignes pour partir’’, ajoute Le Populaire.

En politique, L’Observateur note qu’après l’interdiction de manifestations contre le régime de Macky Sall par ‘’le Parti démocratique sénégalais (PDS) et ses alliés (qui) menacent’’. Au même moment, l’Alliance pour la République (APR) se dit ‘’prête pour le combat’’.

Pour le journal L’As, entre le PDS et le pouvoir, ‘’c’est la guerre totale’’. ‘’La scène politique risque d’être chaude et bouillante dans les prochains jours et pour cause : les militants du PDS et leurs alliés du Front patriotique pour la défense de la République (FPDR) ont décidé de descendre dans la rue pur manifester leur désarroi face à la gestion du dossier Karim Wade dans lequel ils dénoncent l’implication du régime de Macky Sall’’, écrit L’As.

‘’Mais, ajoute L’As, la riposte sera bien apportée par le parti au pouvoir qui a décidé, lui aussi de s’investir dans une campagne de dénigrement contre Wade et ses alliés’’.

Dans La Tribune, Pape Samba Mboup, responsable libéral déclare : ‘’Si on ne se bat pas, Macky Sall va nous emprisonner tous’’.

Au procès des biens mal acquis, ‘’Bibo Bourgi lave Karim Wade’’, rapporte Le Témoin au quotidien. Devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite, le principal témoin a déclaré : ‘’Je ne suis le prête-nom de personne’’.

Sur le même sujet, Le Quotidien relève que ‘’devant la CREI, Bibo assume son patrimoine’’.

Le Soleil s’intéresse à la visite qu’effectue au Sénégal la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde. Son message: ‘’Rompre avec le passé pour doubler la croissance’’, prédit le quotidien gouvernemental.


Jeudi 29 Janvier 2015 - 08:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.