contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La manifestation du Parti démocratique sénégalais à la Une



La presse sénégalaise de ce mercredi accorde un traitement de faveur à la manifestation du Parti démocratique sénégalais (Pds) et de ses alliés du Front patriotique pour la défense de la République (FPDR), prévue cette après-midi à la place e l’Obélisque, à Dakar.



La manifestation du Parti démocratique sénégalais à la Une
«Manifestation du Pds et du FPR : Macky Sall piège Wade», titre L'Observateur, expliquant que «la procession est interdite, le rassemblement autorisé et encadré».

Ce journal explique que le Mouvement +Y'en a marre+ «bénit la marche de Wade pour son fils». «C'est du verbiage que de demander à des gens de marcher sur le Palais», dit le ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, dans L'Observateur.

«Manifestation du Pds et de ses alliés : Coulisse d'une autorisation», écrit EnQuête à sa Une. Nos confrères de ce journal notent que «l'Etat joue la carte de l'apaisement», mais se demandent : «Le Plan du Pds déjoué ?»

Pour Le Populaire, «le Pds se prépare à la guérilla, Dakar quadrillée». Le Populaire souligne que les Libéraux fixent plusieurs points de ralliement pour contourner les forces de l'ordre, et que la police anticipe et bunkérise la place de l'Obélisque et certains points stratégiques.

«Un plan ourdi contre Wade au sein du Pds ? Le pouvoir soupçonne un groupuscule de Libéraux de vouloir agresser Wade pour en faire porter la responsabilité aux régime et créer les conditions d'un soulèvement», poursuit Le Populaire.

«Un mercredi de dangers», titre Le Témoin, qui fait état d'un éventuel «face à face PDS-Forces de sécurité».

Ce qui fait dire au Quotidien : «Wade face au barrage». «Jakarlo contre Fippu : La guerre», dit à sa une La Tribune. Dans ce journal, le Fpdr soutient que «si la manif est interdite, il marchera sur le Palais», à côté du ministre de l'Intérieur qui tonne : «Si la marche n'est pas autorisée, elle n'aura pas lieu».

A la Une de Libération, le ministre de l'Intérieur répond aux menaces de Wade : «Il ne se passera absolument rien…Abdoulaye Wade sait lui-même que ce qu'il dit est impossible». Quoi qu'il en soit, L'As indique que «Dakar (est) sous haute tension».

Sur le dialogue politique, Le Soleil souligne que «Pouvoir et opposition posent leurs conditions».

En sport, Stade donne la parole au footballeur sénégalais, Demba Bâ, qui dit «avoir très mal» pour son pays.

APA


Mercredi 4 Février 2015 - 08:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.