contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La politique fait le menu des quotidiens



PICCMI.COM- Les sujets politiques sont les plus en vue dans la livraison de lundi de la presse quotidienne dont les principaux titres se font notamment l’écho de déclarations de l’ancien président Abdoulaye Wade et de son ex-Premier ministre Idrissa Seck.



La politique fait le menu des quotidiens
"Wade et Idy affolent le régime", note Direct Info, en parlant des tournées politiques entamées par l’ancien président et l’ex-Premier ministre Idrissa Seck, par ailleurs maire de Thiès, l’une des communes suscitant toutes les convoitises en perspectives des prochaines élections locales prévues le 29 juin prochain.

"+L’axe du mal+ s’intensifie avec un duo Wade-Idy qui passe tout son temps à larguer des missiles de longue portée sur le +Macky+ (l’actuel président Macky Sall et son régime)", écrit le même journal dans son billet du jour.

"Pendant ce temps, les +Mackysards+ et leurs alliés semblent dépassés par le cours des évènements et cherchent à organiser la riposte qui sied. Dans tous les cas, ajoute Direct Info, la guerre à trois n’a pas encore fini de faire des dégâts collatéraux (…)".

"La guerre contre Macky Sall ne connaît pas de répit. Ce week-end encore Abdoulaye Wade et Idrissa Seck l’ont raillé et menacé", relève Walfadjri quotidien, soulignant que l’ancien président et son ex-Premier ministre "ne ratent, désormais, aucune occasion pour casser du sucre sur le dos de Macky (Sall)".

"Tir groupé sur Macky", affiche de son côté le quotidien Enquête. "Depuis son retour au Sénégal, rapporte ce journal, le pape du Sopi multiplie les déplacements. Après le tour des foyers religieux, Me Abdoulaye Wade s’est rendu hier à la mosquée Massalikoul Djinane".

"En marge de la visite, il s’en est vertement pris au président Macky Sall", poursuit Enquête en citant les déclarations de l’ancien président visant son prédécesseur. "Que Macky Sall sache qu’il n’est pas un roi".

Idrissa Seck non plus n’est pas en reste, qui déclare dans des propos rapportés par Enquête : "Le président Sall promet des milliards qu’il n’a pas". "Face aux problèmes des populations exposés samedi par le mouvement Y’en a marre, écrit ce quotidien, Idrissa Seck a soutenu que Macky Sall ne rassure pas et n’a pas l’argent qu’il promet à tour de bras".

"Idrissa Seck n’a pas encore fini avec le président Macky Sall. Il continue de multiplier ses attaques contre le régime en place, trouvant +ridicule les promesses+ du chef d’Etat aux Sénégalais", commente L’Observateur.

"Idrissa Seck poursuit ses attaques frontales contre Macky Sall et son régime", constate L’As, se faisant par ailleurs l’écho, dans le même esprit, d’autres déclarations du président Abdoulaye Wade, dans lesquelles il demande aux chefs religieux "de dire au gouvernement d’être juste et de respecter la loi".

Pour le reste, l’attention des journaux se porte essentiellement sur la liste de la communauté rurale de Touba pour les prochaines élections locales prévues le 29 juin prochain.

Le khalife général des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké, "ferme la porte à la CENA (Commission électorale nationale autonome)", dont les responsables étaient venus l’entretenir de la liste non paritaire de la cité religieuse, rapporte Le Quotidien.

"Touba ne retouchera pas sa liste unique et mon paritaire. C’est la décision du khalife général des mourides qui a reçu hier (dimanche) une délégation de la CENA à Touba", écrit le journal. "Le khalife freine ses hôtes, crache ses vérités, prie pour eux et s’en va", renchérit Le Populaire.

Selon le Populaire, cette liste ne sera pour autant pas rejetée, d’autant que la CENA "opte pour le vote en procédure d’urgence du statut spécial de Touba".

source: Aps


Lundi 12 Mai 2014 - 11:30



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.