contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La presse sénégalaise insiste sur les attentats de Paris



La série d’attentats commis par des terroristes, hier soir à Paris (France), dont le dernier bilan fait état de plus de 120 morts et des dizaines de blessés, se paie la Une des quotidiens sénégalais de ce samedi.



La presse sénégalaise insiste sur les attentats de Paris
Suite à ce que cette «nuit d'horreur à Paris avec plus de 120 morts», Le Soleil fait état d'un «Etat d'urgence et (de) fermeture des frontières en France».

«Macky Sall condamne et exprime sa solidarité au peuple français», informe Le Soleil.

«Vendredi 13 apocalyptique de Paris», écrit Le Populaire, notant que «les terroristes frappent la capitale française».

Selon ce journal, il y a eu sept attaques coordonnées qui ont fait plus de 120 morts et des dizaines de blessés.

«La prise d'otages au bataclan vire au carnage : Plus de 80 morts. Un kamikaze s'explose près du stade de France lors du match de football France-Allemagne», raconte Le Populaire.

«Série de fusillades dans la capitale française : Apocalypse à Paris», titre L'As, dans lequel journal, le chef de l'Etat sénégalais, Macky Sall se dit «indigné par les graves attentats qui viennent endeuiller la France».

«Vendredi sang à Paris. Plus de 120 morts et une centaine de blessés. François Hollande décrète l'Etat d'urgence et ferme les frontières», détaille Le Quotidien à sa Une.

La Tribune informe que la traque anti-terroriste s'intensifie au Sénégal et que «la Dic arrête un djihadiste à Rosso (Nord). Un autre imam tombe à Kaolack».

Sur cette traque de terroristes présumés, Libération estime qu' «une cible prioritaire tombe à Rosso». «Leyti Niang, bras droit de Makhtar Diokhané, a été cueilli par la Dic et la Bip. Ibrahima Hann, un proche de l'imam Ndao, intercepté à Kabatoki».

APA


Samedi 14 Novembre 2015 - 08:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.