contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



La réaction de Macky Sall sur la mort de Bassirou Faye en exergue



PICCMI.COM - Les quotidiens de ce lundi évoquent, pour l'essentiel, l'écho de déclarations du président de la République Macky Sall, relatives à la mort de l'étudiant Bassirou Faye, décédé jeudi des suites de ses blessures lors d'affrontements entre des policiers et les étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.



La réaction de Macky Sall sur la mort de Bassirou Faye en exergue

Les étudiants manifestaient pour réclamer le paiement de leurs bourses, quand les échauffourées ont éclaté dans le campus social et à l’avenue Cheikh Anta Diop, notamment.

‘’Macky Sall se fâche’’, ‘’accuse et menace des gens tapis dans l’ombre qui attisent le feu’’, rapporte L’Observateur. ‘’Le ton dur, l’engagement ferme’’, le président de la République, de retour à Dakar dimanche soir après un périple en France et aux Etats-Unis, accuse ‘’des gens tapis dans l’ombre’’ d’avoir incité à la violence à l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

‘’Il assure que toute la lumière sera faite sur cette affaire’’ et affirme ne pas être contre le limogeage des ministres concernés par cette crise, ajoute L’Observateur, faisant allusion à Abdoulaye Daouda Diallo (Intérieur et Sécurité publique) et Mary Teuw Niane (Enseignement supérieur et Recherche).

Walfadjri s’inscrit dans la même lancée, en résumant les déclarations du chef de l’Etat. ‘’L’opposition n’est pas étrangère aux violences à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui ont fait un mort. C’est la conviction du chef de l’Etat qui l’accuse de vouloir rendre le pays ingouvernable’’, écrit ce journal.

‘’Macky Sall déclare la guerre aux pyromanes’’, si l’on en croit Sud Quotidien. ‘’Tous ceux qui veulent (exploiter) la crise universitaire à des fins politiciennes doivent se tenir à carreau’’, prévient cette publication, revenant sur les déclarations du président de la République.

‘’Manœuvres pour désamorcer la bombe’’, estime Enquête. ‘’Revenu hier (dimanche) d’un voyage, le président Macky Sall a amené des assurances et des menaces en viatiques. Les premières sont destinées à la communauté universitaire et à la famille du décédé. Les secondes aux forces politiques qui veulent passer par l’UCAD pour embraser le pays’’, écrit le même quotidien.

‘’Le président Macky Sall qui a accédé à la magistrature suprême le 25 mars 2012, a conscience que son pays a (…) échappé de justesse au chaos. Provisoirement. Il sait aussi qu’il a été élu par un peuple affamé de changement et assoiffé de justice, réclamant la rupture’’, avance La Tribune.

Cela dit, ‘’le président Macky Sall a déclaré avec force que l’enquête ouverte (suite à la mort de cet étudiant) ira jusqu’à son terme pour situer les responsabilités. Non sans promettre de rencontrer l’ensemble des acteurs pour trouver une solution durable à la crise qui frappe l’université’’, indique Libération.

‘’Le chef de l’Etat donne l’assurance que +le gouvernement, fidèle à sa vocation, assurera la sécurité des personnes et des biens en toute circonstance+’’, note Sud Quotidien. Il a par ailleurs ‘’lancé un appel au calme et à la sérénité et a fait part de toute sa disponibilité à engager le dialogue avec les acteurs du monde universitaire pour une solution définitive et durable’’, ajoute-t-il.

‘’Macky Sall appelle au clame et à la sérénité’’, avant de dire ‘’toute sa disponibilité et celle du gouvernement à dialoguer avec tous les acteurs’’, reprend de son côté Le Soleil. Dans cet esprit, le quotidien national signale que le procureur de la République a ordonné une expertise balistique, alors que la famille de la victime ‘’réclame la vérité’’ sur les circonstances de son décès.

‘’L’enquête s’emballe’’, souligne L’As en revenant sur le point de presse de l’adjoint au procureur de la République, qui a fait était de la détermination des autorités judiciaires ‘’à faire la lumière sur les circonstances de la mort de l’étudiant Bassirou Faye’’. Pour ce faire, la France, la Belgique et le Canada vont être ‘’mis à contribution pour l’expertise médicale’’.

‘’La Division des investigations criminelles (DIC) a commencé à auditionner les témoins clés (…)’’, écrit Le Quotidien, citant Me Assane Dioma Ndiaye, avocat de la famille de la victime. Celui-ci ‘’appelle les autorités à faire tout pour que la lumière jaillisse dans cette affaire’’.

Le décès de Bassirou Faye ‘’est constitutif d’un traumatisme crânien avec hémorragie interne et externe par arme à feu’’, révèle le même journal rapportant des propos de l’adjoint au procureur de la République, Amadou Seydi. ‘’Le tueur sera sévèrement sanctionné’’, assure le magistrat à la Une de Direct Info.

(avec Aps)


Lundi 18 Août 2014 - 09:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.