contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



La tournée du PR au Saloum et d'autres sujets en exergue



Les quotidiens parvenus samedi à l’APS traitent de divers sujets, parmi lesquels la prochaine visite du chef de l’Etat, Macky Sall, dans le bassin arachidier, et le débat sur la réduction du mandat présidentiel.



La tournée du PR au Saloum et d'autres sujets en exergue
Le président de la République est attendu dimanche dans la région de Kaolack, au centre du pays, pour les besoins d’une ‘’tournée économique’’ de 4 jours dans cette région considérée comme le bassin arachidier du Sénégal.

‘’Une visite pour mener un dialogue direct avec les acteurs économiques des régions administratives de Kaolack et de Kaffrine aux relents politiques, comme le regrettent certains démembrements du secteur privé dessaisis, selon eux, au profit des politiques’’, écrit le quotidien Le Populaire.

‘’À Kaolack où il va procéder à la pose de la première pierre de l’Université du Sine-Saloum, de la route Keur Waly Ndiaye-Sokone, entre autres, les populations l’attendent sur plusieurs promesses non encore tenues’’, signale L’Observateur.

Le journal cite ‘’l’insécurité, le sous-emploi, l’assainissement, l’agriculture, le sport, le tourisme, le port sec de Mbadakhoune et le port fluvial de Kaolack’’, une ville carrefour du Sénégal.

Mais dans ce cas, la politique n’est jamais loin. Le quotidien Libération, par exemple, rapporte que les jeunes de l’Alliance pour la République préparent ‘’activement’’ cette visite et ‘’promettent un accueil d’envergure à leur mentor’’.

‘’Une manière pour eux de lui démontrer que le Saloum est peint en beige-marron (couleurs de l’APR) suite à un travail de terrain de longue haleine qui va se poursuivre d’ici à la prochaine présidentielle’’, ajoute Libération.

Mais déjà, les fonds dégagés ‘’pour la mobilisation divisent les apéristes’’ (L’As), qui pouvaient se passer d’une telle situation, au regard des contradictions relevées au sein de l’APR relativement au débat sur la réduction du mandant présidentiel de 7 à 5 ans, conformément à la promesse du président de la République.

‘’Les cadres de l’APS cafouillent’’ sur cette question, constate Rewmi quotidien, en référence au fait que certains responsables de la formation au pouvoir militent pour un respect de la parole présidentielle, alors que d’autres s’y opposent et veulent que le mandant présidentiel soit maintenu à 7 ans.

‘’La polémique enfle sur la réduction du mandat présidentiel et fait débat au sein de l’APR. Après avoir promis solennellement qu’il ferait un quinquennat à al place du septennat sur la base duquel il a été élu, le président voit ses partisans montrer au créneau, qui pour le pousser à se dédire, qui pour l’inciter à respecter sa parole’’, explique La Tribune.

Au nombre des partisans de la réduction du mandat présidentiel, figure le responsable APR de Ziguinchor, Benoit Sambou, ‘’est monté au créneau pour faire un contre-pied à Moustapha Cissé Lô et Me Omar Youm, lesquels encouragent Macky Sall à’’ se dédire, signale Sud Quotidien.

‘’De l’avis de l’ancien ministre de la Jeunesse, poursuit-il, le devoir des responsables apéristes, quelle que soit leur position, est de respecter l’engagement du chef de l’Etat (…)’’, d’autant qu’ils doivent se garder de ‘’polluer le débat politique (…)’’.

De toutes les manières, la société civile ‘’veille au grain’’, si l’on en croit le quotidien Enquête. ‘’La promesse faite par le chef de l’Etat sénégalais de ramener son mandat de 7 à 5 ans et d’organiser un référendum au mois de mai 2016, déchaîne les passions. Des membres de la société civile encouragent Macky Sall à respecter la parole donnée’’, écrit ce journal.


Samedi 11 Avril 2015 - 10:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.