contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le Champion En Danger



Deuxième match dans la Coupe du monde 2010 et deuxième résultat nul pour l'Italie. Après le Paraguay, les Italiens ne sont pas parvenus à dominer la Nouvelle-Zélande (1-1) ce dimanche à Nelspruit. A l'ouverture du score de Smeltz, la Squadra Azzura a répondu sur un penalty de Iaquinta, après une faute peu évidente sur De Rossi. La défense a dévoilé des signes inquiétants de faiblesse.



Le Champion En Danger
Grise mine du côté de la sélection italienne. Face à la Nouvelle-Zélande, l'une des équipes les plus faibles sur le papier de ce Mondial 2010, les hommes de Marcello Lippi ont concédé un piètre résultat nul (1-1) ce dimanche à Nelspruit. Déjà tenue en échec par le Paraguay (1-1) pour son entrée en lice, l'Italie compte désormais deux points dans le groupe F et devra s'imposer face à la Slovaquie pour rallier les huitièmes de finale. Mais la Squadra Azzura n'a pas dit son dernier mot. En 1982, les Italiens avaient débuté le Mondial espagnol par trois matches nuls avant de décrocher une troisième étoile. Gare donc à leur réveil.

Pourtant, il existe des signes inquiétants. En 2010, l'Italie a pris un but lors des quatre matches qu'elle a disputés. Une constance qui montre bien que la défense des champions du monde n'est plus aussi hermétique que lors du sacre en 2006. La marque de fabrique transalpine se délite également depuis son arrivée en Afrique du Sud avec un but encaissé contre le Paraguay et l'ouverture du score concédée face aux Néo-Zélandais ce dimanche. Symbole de ce secteur défensif sur le déclin, le capitaine Fabio Cannavaro. Le joueur de la Juventus Turin, mal placé sur un coup de pied arrêté, laissait Smeltz partir dans son dos. Une erreur que la Squadra Azzura payait cash puisque l'attaquant kiwi trompait sans difficulté Marchetti, le remplaçant de Buffon, bien seul sur cette action (1-0, 7e).


Un penalty généreux transformé par Iaquinta

Le potentiel néo-zélandais, bien en-deçà de celui des Italiens, trouvait des ressources insoupçonnées pour accrocher des champions du monde bien ternes sur le terrain. Lors d'un match amical entre les deux équipes il y a un an, les Kiwis s'étaient inclinés 4-3, mais avaient mené au score à trois reprises. Un match qui a donné des idées à Ricki Herbert, leur sélectionneur, qui croyait ses joueurs capables d'une belle performance. Mais une frappe de Montolivo sur le poteau (26e) sonnait le réveil des Transalpins, qui allait se concrétiser quelques minutes plus tard. De Rossi s'écroulait dans la surface après un tirage de maillot timide de Smith. L'arbitre accordait alors un penalty que transformait sans problème Iaquinta (1-1, 29e).

Après la pause, la domination italienne s'accentuait (72% de possession de balle à la fin de la rencontre), mais pas de concrétisation au tableau d'affichage. Iaquinta (59e), Montolivo (71e), Camoranesi (88e) et Zambrotta (90e) manquaient tous de précision dans le dernier geste. Et la rencontre manquait même de basculer en faveur de la Nouvelle-Zélande, lorsque Wood éliminait Cannavaro à l'entrée de la surface avant de frapper du gauche. Le ballon passait de peu à côté du cadre (83e). Après avoir arraché son premier point en phase finale de Coupe du monde contre la Slovaquie, les Néo-Zélandais réussissent l'exploit d'accrocher les tenants du titre. Les Italiens, eux, sont déjà dos au mur.




Sources Sports.fr


M.S.

Dimanche 20 Juin 2010 - 17:01



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.