contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le PDS se vide de ses apparatchiks



Avec la volonté de Wade de se débarrasser du président du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates, le parti s’est vidé de ses apparatchiks. Ce qui peut conduire à la dislocation ou à l’implosion du parti.



Le Pds se vide de plus en plus de ses militants de la première heure. En sus des militants de la première heure: Papa Samba Mboup, Farba Senghor, Modou Diagne Fada… exclus du parti et ceux qui ont gelé leurs activités (Abdoulaye Faye, Awa Diop…), ils n’existent pratiquement plus d’apparatchiks dans le parti de Me Abdoulaye Wade. Les responsables du Pds qui sont actuellement les plus en vue sont le coordonnateur Oumar Sarr, les préposés à la communication du parti: Me Amadou Sall et Babacar Gaye. Mais ils ne sont pas des militants de la première heure, qui ont fait leurs armes politiques dans les rangs du Pds. Pour certains, c’est par des circonstances qu’ils ont rejoint le parti de Me Abdoulaye Wade. Pour d’autres, ils ont quitté le parti avant de revenir après l’alternance de 2000. Aujourd’hui, ils sont les plus audibles après la perte du pouvoir en 2012.
L’ancien ministre du Tourisme de Wade qui connaît bien le parti pour y avoir milité depuis sa tendre jeunesse a essayé de décortiquer cette situation. «Oumar Sarr et Me Amadou Sall sont venus d’ailleurs», affirme Farba Senghor, avant d’ajouter : «Amadou Sall a milité à la Ld/Mpt et au Msu. Il est venu au Pds avec l’ancien ministre Abdou Fall à travers le parti Cds. Il est venu au Pds à la fin des années 1990. Oumar Sarr a commencé à militer au parti vers les années 1994. Il est issu du camp des maoïstes et trotskistes. Wade l’avait mis en rapport avec moi lorsqu’il rejoignait le parti. Babacar Gaye était dans le parti mais en 1999, il est parti avec Ousmane Ngom. Il était le porte-parole de Ousmane Ngom. C’est après l’alternance qu’il est revenu dans le parti». «Lorsque Ousmane Ngom est parti pour une question de position dans une liste à la députation, il a emporté avec lui Babacar Gaye, Baïla Wane, Cheikh Touré et tant d’autres», renchérit Pape Samba Mboup. Et pour le cas de Mayoro Faye, il ajoute: «Je n’ai entendu parler de lui qu’après l’alternance de 2000. Lorsqu’on a perdu le pouvoir, il est devenu trop actif et populaire dans le Pds. Lorsqu’on était dans l’opposition, je ne le connaissais pas». Pour l’ancien chef de cabinet du président Wade, un militant authentique c’est celui qui ne connaît que le parti, qui ne provient pas d’une autre formation politique. «C’est quelqu’un qui n’a également pas quitté le parti pour revenir», affirme Pape Samba Mboup, ajoutant que les responsables actuels du parti ne sont pas des militants authentiques.
Pape Samba Mboup affirme que de grands responsables qui ont beaucoup fait pour le parti ont gelé leurs activités. «C’est le cas de Abdoulaye Faye. Il était l’homme à tout faire de Wade lorsqu’on était dans l’opposition. C’est lui qui a guidé mes premiers pas dans le Pds avec sa mère Thioumbé Thiam. La maison de mère Thioumbé Thiam qui se trouve à Derklé est un symbole pour le parti. Elle nous a servi de point de départ. Abdoulaye Faye est actuellement malade et fauché et on ne voit aucun membre du Pds partir le soutenir ou le réconforter. La lionne Awa Diop est restée chez elle parce qu’elle n’est mêlée à rien», déplore Papa Samba Mboup.
Cette situation, selon l’ancien ministre Farba Senghor, peut conduire à la dislocation du parti. «Nous avons un parti traditionnel qui est unipersonnel et qui ne repose que sur le secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade. Il n’y a pas de démocratie interne. Depuis qu’on a quitté le pouvoir, il n’y a aucune décision qui est prise par le Comité directeur. Toutes les décisions viennent de Doha. Cela va conduire à la dislocation du parti. Il y aura une implosion», prévient-il. (WalfNet)

PiccMi.Com

Dimanche 7 Octobre 2018 - 13:42



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.