contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le Sénégal veut doubler sa production rizicole dans la vallée du fleuve d’ici 2020



La vallée du fleuve Sénégal occupe une place de choix dans la politique sénégalaise pour l’autosuffisance en riz. Le pays, qui a mis sur pieds depuis 2008 un Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar), veut faire passer la quantité de riz produite dans cette région nord de 455.000 tonnes actuellement à 875.000 tonnes en 2020.



La production du riz dans vallée du fleuve Sénégal occupe une place de choix pour la réussite du programme sénégalais d'autosuffisance en riz. La culture rizicole dans cette zone nord du pays devrait couvrir 57 % des besoins nécessaires à l'atteinte de l'autosuffisance. Ce qui a poussé l'Etat Sénégalais à axer davantage sa politique sur cette région spécialisée dans la culture d'irrigation pour rehausser le niveau de sa production. La quantité de riz de la vallée du fleuve Sénégal, de 455 mille tonnes actuellement, devrait passer à 875 mille tonnes d'ici à 2020, si les politiques les stratégies sont correctement exécutées, a affirmé le directeur du développement et de l'appui aux collectivités locales de la Société nationale d'exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal (SAED), Amadou Thiam.
« Nous sommes aujourd'hui à presque 455 mille tonnes de riz qui sont produites au niveau de l'ensemble de la vallée du Sénégal et nous pensons que, d'ici 2020, si les mesures ou bien les stratégies sont mises en œuvre, cela nous permettra facilement d'atteindre 875 mille tonnes de riz », a déclaré Amadou Thiam, lors de son intervention à l'occasion de la 10e assemblée générale de l'Amicale des conseillers agricoles et conseillères en promotion féminine de la SAED, rapporté par l'Agence de presse sénégalaise (APS).
Une kyrielle de mesures d'accompagnement
Pour atteindre ces objectifs, l'Etat sénégalais par le bais de la SAED, a annoncé un ensemble de mesures incitatives pour soutenir la production et la transformation. A commencer par le partenariat noué avec la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS) pour accompagner la politique agricole, par une ligne de crédit de 10 milliards de francs CFA autour de cette institution destinés aux financements des producteurs.
D'autres points à souligner portent sur l'accent mis sur la consommation du riz local, souvent boudé par les consommateurs pour sa mauvaise qualité, ainsi que sur l'équipement de la vallée en unités de transformations. « Si vous regardez les unités de transformation qui existent au niveau de la vallée, la capacité de transformation est de 339 tonnes/h et si l'ensemble de ces unités fonctionnaient pendant toute l'année, c'est près d'un million de tonnes qui pourrait être transformé », a relevé le directeur de développement de la SAED, avant d'ajouter que : « entre 2014 et 2018, il y a plus de 24 unités de transformations qui se sont déjà installées ».
Cette amélioration dans production et la transformation du riz dans la vallée du fleuve Sénégal, ne va pas sans contraintes majeures, liées aux difficultés pour les producteurs de trouver des débouchés commerciaux pour leur production, sachant que le riz local n'est pas très prisé par les Sénégalais, bien que l'on constate de nets progrès dans ce domaine. (afrique.latribune)


PiccMi.Com

Mardi 10 Juillet 2018 - 09:33



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Septembre 2018 - 13:04 Tensions de trésorerie : Boun DIONNE passe aux aveux


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.