contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le coup d'envoi de la CAN en exergue



Le coup d'envoi de la 30e Coupe d'Afrique des nations (CAN), cet après-midi en Guinée équatoriale, est l'un des sujets les plus en exergue dans les quotidiens parvenus samedi à l'APS.



Le coup d'envoi de la CAN en exergue
Les journaux se sont également intéressés, pour la plupart, aux marches de protestations enregistrées au Sénégal et dans plusieurs pays musulmans contre les caricatures du Prophète Mohammed (PSL).

"C'est parti pour la 30e édition de la Coupe d'Afrique des nations. Le coup d'envoi sera donné cet après-midi à Bata, par le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, qui a sauvé l'organisation d'une fête du football africain", écrit le quotidien L'Observateur.

"Pendant trois semaines, renchérit Le Témoin quotidien, l'Afrique va vibrer au rythme de la Coupe d'Afrique des nations. Cette 30e édition est marquée par l'absence de grandes équipes comme le Nigéria et l'Egype. Elles sont ainsi 16 formations entraînées, pour la majeure partie, par des techniciens français à vouloir succéder aux Super Eagles du Nigéria", poursuit ce journal.

"Les paris sont ouverts", constate le quotidien national Le Soleil, comptant parmi les nombreux journaux qui ont consacré leur Une à l'ouverture officielle de la CAN de football, prévue pour se dérouler en Guinée équatoriale jusqu'au 8 févier prochain.

"Tout un continent aura les yeux tournés vers Bata (la capitale équato-guinéenne)'', où s'ouvre cette compétition continentale qui mettra aux prises seize équipes, dont les Lions du Sénégal, écrit Sud Quotidien.

Il ajoute : "En l'absence du Nigeria, tenant du titre, ou encore de l'Egypte (7 trophées), les grosses cylindrées du football africain mondialistes sont présents" à cette édition initialement prévue au Maroc, mais que le royaume chérifien a renoncé à organiser à cause de la fièvre Ebola.

Après "des vicissitudes et des tourments" liés à l'organisation de la compétition, "(…) place au football, place aux seize équipes qui briguent la succession du Nigeria, place aux 368 joueurs engagés dans la compétition", note le quotidien spécialisé Waa Sports. "La succession du Nigeria plus ouverte que jamais", si l'on en croit ce journal.

"Pour le coup d'envoi de la 30e édition de la CAN, le pays organisateur, la Guinée équatoriale (11e au classement de la FIFA et 36e africain), donnera sa réplique au Congo (61e FIFA et 15e africain), qui vient d'enregistrer son retour en phase finale après quinze ans d'absence", relève le journal Le Quotidien.

"Les Lions ont effectué leur premier entrainement à Mongomo dans l'après-midi de vendredi. Une séance qui a vu la participation de Sadio Mané pour la première fois depuis sa blessure annoncée au genou", le premier janvier dernier, rapporte Enquête.

"Sadio Mané va beaucoup mieux et Giresse espère pouvoir l'utiliser, même s'il ne sait pas encore si ce sera au premier match. Le technicien français a aussi déploré les conditions de voyage de l'équipe qui est arrivée à Mongomo très tard dans la nuit, après un long périple", renseigne L'As.

"Lessivés par un long voyage de plus de 11 heures de vol de Casablanca à Mongomo, les Lions ont effectué leur premier galop d'entraînement au stade municipal Santiago Eneme de Mongomo, devant une foule assez nombreuse", signale L'Observateur.

Toujours est-il que l'ambassadeur du Sénégal en Guinée équatoriale, Souadou Seck, dont les propos sont relayés par le quotidien Direct Info, assure que les dispositions nécessaires ont été prises pour un bon séjour des Lions en terre équato-guinéenne.

"Face au retour de quelques joueurs dans la Tanière et l'incertitude de certains, Alain Giresse est dans l'obligation de composer une équipe conquérante pour affronter le Ghana en match d'ouverture (…)", analyse le quotidien Walfadjri.

"La phase finale de la CAN 2015 commence le 19 janvier pour les quatre équipes du groupe C", à savoir le Sénégal, l'Algérie, le Ghana et l'Afrique du Sud, rappelle le journal Le Quotidien.

Ces équipes "sont toutes désormais arrivées à Mongomo et ont commencé à prendre leurs marques pour bien entamer la compétition. Toutefois, précise Alain Giresse, +les perdants du premier match seront loin d'être éliminés+", note le même journal.

Outre le football, de nombreux quotidiens reviennent également sur les manifestations contre la publication de caricatures du Prophète Mohammed (PSL), au Sénégal et ailleurs dans le monde. "Les imams lapident Charlie", affiche justement le journal Le Quotidien.

"Colère dans le monde musulman", indique Le Témoin quotidien, renseignant que le drapeau français a été brûlé à Dakar, tandis que la mobilisation est de mise à Touba, la capitale du mouridisme, au centre du pays.

"De nombreux musulmans sénégalais sont sortis hier pour exprimer leur mécontentement suite à la publication par +Charlie Hebdo+ de caricatures du Prophète Mohamed (PSL)", avance Le Témoin quotidien.

Le journal affirme que des centaines de fidèles ont parcouru la capitale sénégalaise "à travers deux manifestations, l'une ayant pris le départ à la Grande mosquée jusqu'à la Place de l'Obélisque, après la prière de vendredi, l'autre ayant été organisée spontanément".

"Touba manifeste et condamne", rapporte également Enquête, précisant que la capitale du mouridisme s'est démarquée "catégoriquement" des caricatures du Prophète Mohamed publiées par le journal satirique français Charlie Hebdo.

"La communauté mouride l'a fait savoir, à la suite de la manifestation contre ces caricatures, hier (vendredi) après-midi à Darou Khoudoss, sur instruction du khalife général des mourides, Cheikh Sidy Mactar Mbacké", rapporte le journal.


Samedi 17 Janvier 2015 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.