contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le débat autour des 15 milliards de la mairie de Dakar à la une des journaux de ce lundi 20 Septembre 2010



Les quotidiens dakarois parvenus lundi à l’APS se sont focalisés sur le débat autour des 15 milliards débloqués par la ville de Dakar pour le recasement des marchands ambulants.



Le débat autour des 15 milliards de la mairie de Dakar à la une des journaux de ce lundi 20 Septembre 2010
A ce propos, le titre du Populaire donne une idée de la tension qui règne entre le Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) et le Parti socialiste (PS, opposition), après la demande formulée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, pour l’ouverture d’une information judiciaire au sujet des délibérations du conseil municipal de Dakar.

‘’Affaire des 15 milliards de la mairie de Dakar : c’est la guerre entre libéraux et socialistes’’, affiche le journal qui montre la photo du ministre de la Décentralisation, Aliou Sow, et celle du maire de Dakar, Khalifa Sall.

Le Populaire écrit que le patron de la Décentralisation et des Collectivités locales soupçonne’’ le premier magistrat de la capitale de ‘’tentative de détournement’’.

Les accusations d’Aliou Sow font d’ailleurs la une de certains des journaux parvenus à l’APS. ‘’Tentative de détournement de deniers publics : Aliou Sow soupçonne Khalifa Sall’’, titre L’Office.

Rewmi Quotidien, lui, reprend entièrement à sa une les propos du ministre de la Décentralisation et des Collectivités locales. ‘’Je soupçonne une tentative de détournement’’, accuse-t-il à la une du journal.

Sous le titre ‘’Docteur Aliou Sow fait hors sujet’’, Le Quotidien consacre un large dossier autour des 15 milliards de la mairie de Dakar. A ce propos, le journal est revenu sur la conférence de presse donnée dimanche par le ministre de la Décentralisation.

Le journal relève que ‘’le fossé entre l’Etat et la ville de Dakar se creuse’’, expliquant que ‘’le ministre de la Décentralisation a nommément accusé Khalifa Sall.

Il soupçonne non seulement ‘’+le maire Khalifa Sall de détournement de deniers publics+ (…) mais également de +vouloir mettre en mal l’Etat avec les populations par une volonté de désinformation+’’.

Mais pour Abdoulaye Makhtar Diop, secrétaire général des Socialistes unis pour la renaissance du Sénégal (SURS), qui est par ailleurs conseiller municipal de la ville de Dakar, ‘’cette affaire ne serait jamais passée sous le régime de Diouf’’.

Plusieurs autres acteurs de la vie politique donnent aussi leur point de vue.

‘’Ne te laisse pas divertir par Wade’’, conseille ainsi Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du PS, à son camarade du même parti Khalifa Sall. Tandis que pour Sène Niang, consultant en gestion des collectivités, ‘’le ministre n’a pas à interférer dans ce dossier, encore moins, le président de la République’’.

En visite à Thiaroye, Mamadou Massaly du PDS, lui, demande au président Wade ‘’d’auditer toutes les mairies’’, alors que pour Ibrahima Sène du Parti de l’indépendance et du travail (PIT, opposition), ‘’Wade veut une délégation spéciale à la mairie de Dakar’’.

Pour sa part, Walfadjri tente d’expliquer ‘’pourquoi Khalifa Sall est un danger pour Wade’’. Le journal indique notamment que ‘’depuis son élection à la mairie de Dakar, Khalifa Ababacar Sall n’a cessé de poser des actes (volontaires ?) gênants pour la gestion libérale, marquée par des scandales à répétition’’.

Cherchant à comprendre ‘’pourquoi Wade en veut à Khalifa Sall’’, Kotch souligne que ‘’le fait d’avoir demandé l’ouverture d’une information judiciaire contre les délibérations du conseil municipal de Dakar apparaît comme une ingérence et une volonté manifeste de mettre des bâtons dans les roues de la gestion de la capitale’’.

Citant le chargé des affaires politiques, économiques et sociales du PIT, Ibrahima Sène, le journal estime que ‘’le président de la République veut tout simplement installer une délégation spéciale à la mairie de Dakar’’.

Sur un autre plan, Sud Quotidien informe que ‘’la Présidence de la République ‘’se serait (…) soustraite du champ de compétence de la Direction centrale des marchés publics (DCMP) et de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP)’’.

Parlant d’’’un projet de modification du code des marchés’’ qui aurait été ‘’ficelé’’, l’As indique que ‘’la Présidence de la République a proposé la modification de quelques articles’’ dudit code.

Le journal précise que ‘’les modifications sont relatives aux marchés du Palais, aux marchés d’urgence et aux marchés ayant trait à la sécurité nationale’’.

De son côté, Walf Grand Place signale un ‘’parfum de scandale foncier à Mbao’’ et écrit que ‘’la façon dont les terres de la zone d’activités, déclarées d’utilité publique sur une superficie de plusieurs hectares, sont attribuées suscite des soupçons’’.

Pour sa part, L’Observateur publie un sondage BDA sur l’élection présidentielle de 2012 à Dakar. ‘’Les chiffres qui font peur’’, titre le journal, précisant que Wade obtiendrait 27, 3 %, Macky 21 %, Tanor 11, 4 %, Idy 5,8 %, Niasse 3 % et Karim 0,9 %.

En sport, le soleil fait sa une sur la victoire du Casa-Sports en Coupe de la Ligue, dimanche face au Jaraaf. ‘’Le Casa renoue avec le sacre’’, titre le journal. ‘’Le Casa dompte encore le Jaraaf’’, renchérit Walf Sports.

Sur un autre plan, Stades s’interroge à propos du non-paiement des salaires des joueurs de l’équipe nationale de football. ‘’Le Sénégal veut-il s’éliminer de la CAN 2012 ?’’, se demande le journal.

En lutte, Sunu lamb indique que le choc Modou Lô/Lac 2 est l’objet de toutes les convoitises entre les deux principaux promoteurs de la discipline. ‘’Luc et Gaston s’arrachent Modou Lô/Lac 2’’, titre le journal.

APS

PiccMi.Com

Lundi 20 Septembre 2010 - 14:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.