contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le dialogue des biceps se fait une place dans la campagne



Et ce que l’on craignait arriva. Un jeune d’une trentaine d’années, Ibou Diop, vient de perdre la vie suite à des affrontements entre les jeunes de Benno Bokk Yakaar, au pouvoir, et ceux du parti Pur.



En regardant les images, on se rend compte qu’il s’agissait d’intifada et d’affrontements directs entre des camps adverses. Et cela a duré un bon moment. Avec malheureusement, des guet-apens et tout ce qui rappelle la grande délinquance.
Des journalistes ont été pris à partie, agressés physiquement.
Et nous n’avons vu ni intervention des forces de défense et de sécurité ni arrestation dans l’immédiat de fauteurs de trouble. Et même si ces forces de l’ordre sont arrivées après sur les lieux, il est important d’en tirer toutes les leçons nécessaires pour éviter que pareils évènements ne se reproduisent.
Du côté de la majorité, le Président Sall a notamment fustigé cette violence et a mis tout cela sur le dos de l’opposition qui avait appelé à la violence.
Tout le monde sait en tout cas que les militants de Pur n’avaient jamais appelé à la violence, mais que leur leader Issa Sall avait expliqué que des mesures idoines avaient été prises en matière de sécurité.
Nous estimons en effet que des solutions ne seront jamais trouvées si les différents états-majors politiques ne reconnaissent pas leur part de responsabilité sur ce qui se passe.
Quand le siège de Pastef avait été saccagé à Dakar, le Président Sall avait clairement mis en garde ses partisans qui seraient tentés de verser dans la violence en porte à faux avec ses orientations. C’était déjà bien.
Mais, entre-temps, il a eu les violences constatées à Saint-Louis sans que cela ne fasse réagir le camp du pouvoir.
Il est important cependant de noter que les milices privées de sécurité sont visibles dans la plupart des convois des candidats. Et leur objectif est clairement d’assurer la sécurité du leader et de ceux qui l’accompagnent, mais aussi d’apporter la riposte nécessaire en cas d’attaque.
Cela veut dire qu’on est en train de laisser la sécurité des candidats à des privés qui ne sont pas forcément des professionnels. Et on est en train de laisser la violence s’installer dans la campagne.
C’est ce que semble déplorer le Directoire de campagne du parti Pur qui, dans un communiqué rendu public hier, dit ‘’prendre comme témoin l’opinion nationale et internationale que le Ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, sabote le processus électoral en minimisant la sécurité des candidats de l’opposition’’.
Dans ce document, le Pur dit avoir été attaqué à Tambacounda par des membres de BBY et déplore le fait que ‘’leur candidat subit des sabotages qui entravent gravement le déroulement normal de (leurs) activités’’.
Il nous semble important, dès lors, de faire entourer les candidats de la sécurité nécessaire à une bonne campagne. Ils sont tous au même pied d’égalité parce que présidentiables et susceptibles d’être élus.
Partant, ils doivent bénéficier d’une protection rapprochée et leurs activités suffisamment sécurisées pour éviter les dérapages constatés.
Le déploiement d’éléments de sécurité pour encadrer les activités des candidats est une exigence républicaine, démocratique et s’impose aux autorités.
On ne peut pas laisser la sécurité se privatiser. C’est un blanc-seing pour ceux qui veulent semer le trouble.
Dans cet ordre d’idées, l’administration territoriale, notamment les Préfets, sont à même d’éviter que des candidats organisent, d’une manière simultanée, des activités politiques dans la même localité.
Si des itinéraires et des meetings et autres caravanes sont organisés à des lieux et des moments différents, cela peut atténuer les chances de la survenue d’actes de violence.
Enfin, la violence doit disparaitre du discours des hommes politiques. Il n’est pas admissible de faire l’apologie de la violence en insultant ses adversaires et en les menaçant.
Et tant que la violence verbale n’aura pas disparu de la compétition politique, il faudra s’attendre à d’autres dérapages de ce genre avec, malheureusement, des pertes en vie humaine. (Assane Samb/Rewmi)

PiccMi.Com

Mardi 12 Février 2019 - 12:54



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Février 2019 - 13:14 Sénégal, de Senghor à Macky Sall


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.