contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le match de football Sénégal-Tunisie tient la vedette



Le journal Waa Sports considère comme une "malédiction" pour le Sénégal le résultat du match de football joué vendredi par les Lions contre les Aigles de Carthage.



Le match de football Sénégal-Tunisie tient la vedette
"Sénégal-Tunisie : 0-0… Et trois blessés de plus. La malédiction continue", titre ce quotidien qui, comme beaucoup de ses confrères, ne cache pas sa déception, après ce match.

"Ils (NDLR : les Lions) n’ont pas séduit, ils n’ont pas convaincu", écrit Waa Sports au sujet de ce match comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2015 de football, qui se jouera au Maroc.

Le Sénégal partage la poule G de ces éliminatoires avec le Botswana, l’Egypte et son adversaire de vendredi.

Le journal Stades se désole de la performance réalisée par "des Lions sans griffes", qui "laissent filer de précieux points". Toutefois, "le Sénégal reste à la tête de la poule G, avec sept points", bien qu’étant "à égalité avec son adversaire du jour", explique Stades.

Le Soleil considère la performance des Lions comme une "mauvaise affaire". "Le Sénégal s’est mis dans une fâcheuse situation", constate ce journal. A Tunis, où ils reçoivent les Lions mardi, les Aigles de Carthage auront comme "objectif de faire plier [l’équipe d’Alain Giresse] pour lui chiper la première place" de la poule, avertit Le Soleil.

Le Témoin évoque "l’insipide match nul des Lions", qui, selon lui, "ont été méconnaissables" lors de cette rencontre. "L'Aigle nargue le Lion", titre L'Observateur.

Direct Info tente de calmer les déçus de ce match de football : "Comme la bande à Giresse est capable du meilleur comme du pire, il n’y a pas lieu de s’émouvoir outre mesure."

L’entraîneur de l’équipe du Sénégal embouche la même trompette, dans L’As : "Il n’y a pas de raison de douter. La Tunisie n’a pas gagné. Le Sénégal n’a pas perdu non plus."

La Tribune, elle, demande aux Lions de faire "l’exploit" lors du match retour à jouer mardi en Tunisie.

"Les Lions piétinent à Dakar", titre Enquête, qui considère le résultat du match de vendredi comme "un vrai coup d’arrêt" pour l’équipe de Giresse.

Le Quotidien, lui, dénonce le "piètre arbitrage du trio gabonais" qui a assuré l’arbitrage du match. "Tout au long de la rencontre, l’homme en noir (l’arbitre central) et ses assistants n’a cessé de multiplier les 'erreurs' en faveur de l’adversaire", la Tunisie, écrit ce journal.

Le Soleil voit autrement les causes de cette "mauvaise affaire du jour". Il livre ainsi sa lecture du jeu déroulé par Bouna Coundoul et ses coéquipiers : "Alain Giresse […] apparemment ne savait pas par quel bout prendre ce match. Il s’est […] totalement perdu dans ses choix des hommes et n’a jamais su insuffler à son équipe la fraîcheur et la hargne qui lui auraient permis de forcer le destin."

Le Populaire estime que "les signes manifestes de carence" de l'équipe du Sénégal sont "certainement dus aux nombreuses blessures" chez les Lions. Ces blessures ont "certainement empêché le coach de disposer de son vrai onze", selon ce journal.

Et comme Le Soleil, Le Populaire est d'avis qu'Alain Giresse est responsable de la prestation des Lions, dans la mesure où "il a été incapable de résoudre l'équation que son homologue [tunisien] lui a posée sur le terrain".

Les quotidiens ont aussi évoqué la demande adressée par le Maroc à la Confédération africaine de football (CAF) en vue du report de l'organisation de la CAN prévue du 17 janvier au 8 février 2015.

Le ministère marocain de la Jeunesse et des Sports dit souhaiter le report de cette compétition, en invoquant la présence de l'épidémie de fièvre Ebola en Afrique.

Aps


Samedi 11 Octobre 2014 - 11:10



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.