contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Le patron d’Amchou Boutique condamné à trois mois ferme



Poursuivi pour abus de confiance par la société Acca trading, le propriétaire d’Amchou Boutique Khadim Diop, commerçant établi aux Parcelles Assainies, a été jugé et condamné à trois mois d’emprisonnement ferme et, à 19 millions de FCfa à titre de dommages et intérêts par le tribunal des flagrants délits de Dakar, hier vendredi.



Le patron d’Amchou Boutique condamné à trois mois ferme
Poursuivi pour abus de confiance par la société Acca trading, le propriétaire d’Amchou Boutique Khadim Diop, commerçant établi aux Parcelles Assainies, a été jugé et condamné à trois mois d’emprisonnement ferme et, à 19 millions de FCfa à titre de dommages et intérêts par le tribunal des flagrants délits de Dakar, hier vendredi.
D’après la représentante d’Acca trading, Seynabou Ndiaye, c’est sur la base d’un contrat de partenariat avec le commerçant Khadim Diop, que ce dernier, avait reçu un lot de parfums de marque Roxanne d’une valeur de 25 millions de francs Cfa de sa société.

Et, selon les termes de leur contrat, Khadim Diop qui avait l’exclusivité de la vente des parfums sur le marché, devrait leur verser 1, 5 million de nos francs chaque mois. En contrepartie de quoi, il gagnerait après la vente des parfums; une commission de 10%.



Un engagement que le commerçant avait respecté au début de leur partenariat jusqu’à payer 9 millions à sa société, d’après toujours la dame Seynabou Ndiaye. « Alors qu’il a fini d’écouler tous les parfums sur le marché, Khadim refuse de payer les 16 millions qu’il nous doit. Le parfum se vend maintenant comme des miches de pain partout à Dakar. Et, c’est lui qui a assuré toute la distribution », a-t-elle indiqué.

Interpellé à son tour, la quarantaine, Khadim Diop balaie d’un revers de main les accusations de la partie civile. Certes, reconnaît-il, c’est lui qui avait l’exclusivité de la vente des parfums. Mais, c’est un contrat de vente qui l’a toujours lié à la partie civile. « C’est un nouveau produit qui venait d’arriver sur le marché. Et, comme la partie civile savait que mes affaires marchent très bien, elle m’a proposé de lancer le produit. Mais, à chaque fois, j’achetais, je payais au comptant ou par chèques jusqu’à hauteur des 25 millions, dont la partie civile fait état. Sans compter la publicité que je faisais du produit sur les différents supports de communication. Et, c’est sur cela, que je devais gagner une remise de 10%.

Mais à un moment donné, j’ai arrêté notre partenariat, parce que je n’avais plus l’exclusivité de la vente des parfums. Certains commerçants passaient directement par eux pour avoir le produit et le vendre à bas prix », s’est-il défendu, sans pour autant produire une facture de ses différentes transactions commerciales auprès de la partie civile.

Le conseil de la partie civile, Me Ibrahima Mbengue a par ailleurs, réclamé 21 millions de francs Cfa à titre de dommages et intérêts. « Il y a détournement, parce que le prévenu a dissipé la recette de la vente des produits. Mon client lui avait même donné une voiture pour lui faciliter la livraison des parfums au niveau des lieux de commerce de ses différents clients. Il faut le déclarer coupable du délit d’abus de confiance. Et, le retenir dans les liens de la détention », sollicite la robe noire.

Convaincu de la culpabilité du prévenu, le parquet a requis six mois d’emprisonnement ferme contre lui. Prenant son contre-pied, la défense a plaidé la relaxe.

Au terme des plaidoiries, le juge a condamné le prévenu à trois mois d’emprisonnement ferme pour abus de confiance. Il doit également payer 19 millions de nos francs à la partie civile à titre de dommage et intérêts.

Source Leral.net

Serigne Adama KA

Mardi 16 Janvier 2018 - 08:50



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 12:38 De la cocaïne retrouvée dans des ananas


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.