contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le procès d’Imam Ndao et des 31 Jihadistes présumés renvoyés au 14 février prochain



Le procès de 32 présumés jihadistes dont l’Imam Alioune Ndao, accusés entre autres d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, s’est ouvert ce mercredi devant la Chambre criminelle de Dakar, avant d’être renvoyé le 14 février prochain.



Le procès d’Imam Ndao et des 31 Jihadistes présumés renvoyés au 14 février prochain
C'est sur demande des avocats de la défense qui estiment que le dossier est incomplet. Le président du Collectif des avocats d la défense Me Moussa Sarr ajoute que les conditions ne sont pas réunies pour une procès équitable. La défense exige également que l'ensemble des dossiers soit transmis aux avocats nouvellement constitués.
"Inculpés pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et blanchiment de capitaux dans le cadre d’activités terroristes, en bande organisée, d’actes terroristes par menace et complot et d’apologie du terrorisme et financement du terrorisme en bande organisée, imam Alioune Ndao et ses 31 co-accusés seront présentés (ce mercredi) devant la Chambre criminelle spéciale (…)", informe le journal Vox Populi qui s’est procuré l’ordonnance de renvoi.
S’appuyant sur ce document, le quotidien souligne que "(….) les enquêteurs (précisent) que la tête de pont de ce groupe jihadiste, fortement structuré, avait pour ambition et objectif ultime de créer une sorte de DAESH avec comme refuge la Casamance, la Guinée et la Gambie, avec la bénédiction du prédicateur imam Alioune Ndao".
Ces présumés jihadistes sont "Abou Anwar, Abou Youssouf, Abu Jawaar, Abu Khaled, Abu Moussa, etc", selon Libération qui présente "la saga des Boko haram sénégalais". Ils figurent parmi le lot des terroristes présumés qui seront jugés devant la chambre criminelle à partir de ce mercredi, selon le journal Libération.
Avec APS

PiccMi.Com

Mercredi 27 Décembre 2017 - 10:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.