contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le procès de Karim Wade tient la vedette



Plusieurs journaux se sont surtout intéressés aux déclarations de la notaire Patricia Lake Diop devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), lors de la reprise du procès de Karim Wade et de ses coaccusés.
Les magistrats de la CREI se sont évertués à faire la lumière sur les conditions de la création de la société AHS. Ils voulaient aussi savoir à qui elle appartient, selon les comptes rendus faits par les quotidiens.



Le procès de Karim Wade tient la vedette
"Les avocats de Karim Wade, qui (…) affirment que leur client n’est nullement impliqué dans la création de la société AHS, ont reçu une véritable douche froide lors de l’audition de Me Patricia Lake Diop", rapporte Sud Quotidien.

"Douche froide" dans la mesure où il est possible d’affirmer, sur la base des témoignages de la notaire, que cette société a été créée par l’ancien ministre Karim Wade.

Mais dans ses propos rapportés par Le Populaire, la notaire se montre nuancée quant à l’appartenance d’AHS - et d’autres sociétés évoquées par la CREI - à l’ancien ministre : "Je ne peux pas confirmer que ces sociétés appartiennent à Karim Wade, mais c’est lui qui m’a recommandé des personnes pour les créer."

Le Quotidien évoque "les actes discordants de la notaire", en raison du clair-obscur des déclarations de Patricia Lake Diop.

Il reproduit les questions-réponses de Me Diop avec les magistrats de CREI, les avocats des accusés et ceux de la partie civile, à savoir l’Etat du Sénégal.
"C’est Karim Wade qui m’a recommandé des personnes pour la constitution de ces sociétés", a dit la notaire, selon Le Quotidien, à l’un avocat des mis en cause.

"Oui, c’est bien Karim Wade", a-t-elle répondu à la question de savoir si c’est l’ancien ministre qui a donné le nom de la société AHS lors de sa constitution.
"Je n’ai jamais dit que c’est Karim Wade qui a créé les sociétés. Il m’a recommandé des individus et je ne voyais pas de risques pour créer ces sociétés", ajoute Me Diop.

La nuance de ces réponses font croire au Quotidien que "le témoin (Me Diop) répond avec flou et imprécision" aux questions relatives aux "lieux, dates et personnes" concernant la société AHS.

Walfadjri s’intéresse à ce procès qu’il aborde sous un autre angle : le refus de la CREI de renvoyer le procès, en raison de l’absence d’Ibrahim Khalil Bourgi, évacué en France pour se soigner. "Les avocats de Karim Wade buttent sur l’intransigeance de la CREI", écrit-il, en expliquant que "la Cour s’oppose au renvoi du procès, malgré l’absence de Bibo" – le surnom d’Ibrahima Khalil Bourgi.

Le procès de Karim Wade et ses présumés complices d’enrichissement illicite portant sur 117 milliards de francs CFA a repris lundi, après une suspension de plusieurs jours.

Aps


Mardi 14 Octobre 2014 - 10:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.