contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le processus de paix crache encore du feu en Casamance (Par Babacar Justin Ndiaye)



L’accalmie a brusquement pris les couleurs d’une calamité. La région de Ziguinchor a renoué avec les deuils, les pleurs et… les peurs. L’option du carnage est manifeste. Le choix d’un massacre porteur d’échos et d’ondes de choc a été délibérément et méthodiquement fait. Choisir de décimer et non de capturer ou de refouler un groupe de civils, sans armes, est une façon d’apposer une signature rouge de sang, au bas d’un message adressé à l’Etat et à son chef. Le retentissement médiatique en prime. Les planificateurs du sale coup ont bien planifié, les exécutants ont bien accompli l’ignoble besogne. Maintenant, la balle de l’affront et/ou les projectiles tirés par les assassins sont bel et bien dans le camp du gouvernement de la république.



Pour l’heure, le sang a coulé, les interrogations ont afflué et les enseignements ont abondé. L’interminable processus de paix a encore craché du feu, dans une Casamance qui est – depuis l’Accord de Cacheu signé le 31 mai 1991 – le cimetière de plusieurs arrangements de paix sans paix. Aujourd’hui, la mort des 13 personnes met un terme à une cessation des hostilités tellement prolongée qu’elle a été prise en compte et, surtout, mise en perspective par le Président Macky Sall, dans le sens de la restauration d’une paix consolidée puis définitive. Un vœu mis en exergue dans le message à la Nation du 31 décembre dernier. Un vœu vite pulvérisé par les évènements sanglants du week-end. Ce qui impose un questionnement du processus de paix initié, dès l’arrivée au pouvoir du Président Macky Sall, en mars 2012, et exige un double coup de projecteur sur la tragédie de Niaguis et sur ce conflit tristement trentenaire.
S’agissant du drame du 6 décembre, le temps de l’enquête peut vraiment être abrégé. On n’est pas en face de conjectures caractéristiques des enquêtes ordinaires. Ce carnage n’est pas le fruit amer d’une crapulerie brute, encore moins le résultat affolant d’un banditisme sans bornes. Des coupeurs de route ne mitraillent pas leurs victimes ; ils raflent les portefeuilles lourds de pognons. Cette action spectaculaire qui mixe sang et politique, ne peut être que l’œuvre d’une fraction du MFDC ou d’une bande de tueurs venus de l’extérieur du Sénégal, avec le soutien d’un pays étranger et la bénédiction morale ou logistique du MFDC. Une réalité qui induit la question que voici : pourquoi le processus de paix en Casamance alterne la paix furtive et la guerre sporadique ? Réponse sans ambages et accablante d’exactitude : parce que le déficit de savoir-faire engendre un excédent de pollutions tous azimuts, malgré le contexte très favorable que crée l’effacement de Yaya Jammeh.
Dans son allocution le Président de la république a renouvelé sa confiance aux facilitateurs dont le plus ancien et le plus emblématique dans la facilitation, est l’ancien ministre et longtemps maire de Ziguinchor, Robert Sagna. La même confiance est-elle accordée à l’ONG politico-religieuse Sant ‘Egidio indissociable de l’Etat souverain du Vatican ? A défaut d’avoir la réponse du chef de l’Etat, on peut faire l’inventaire révélateur des derniers agissements et propos d’un des responsables de Sant ‘Egidio, en l’occurrence, l’Italien Mauro Garofalo qui a revendiqué sur RFI, la libération de deux prisonniers, membres du MFDC. Une déclaration vite corrigée sur la même radio, par une source militaire sénégalaise. Ce n’est pas tout et c’est plus grave, car le porte-parole de Sant ‘Egidio nous a appris que : « des discussions sont en cours autour du statut de la Casamance ». Les députés sénégalais – visiblement moins informés qu’un obscur médiateur – apprécieront cette sortie aussi fâcheuse pour la dignité nationale que dangereuse pour l’unité nationale. Pareille et choquante indiscrétion montre que le processus de paix est hors de toute maitrise. Est-il acceptable que Sant’ Egidio (établie en Italie) parle du statut de la Casamance garde le silence sur celui de la Catalogne qui se détache démocratiquement du reste de l’Espagne ?
Le focus sur les facilitateurs et autres médiateurs ne dispense pas d’un gros plan sur la conjoncture et les belligérants. Douze mois après le changement de régime à Banjul, la Casamance est incontestablement placée sous les meilleurs auspices d’un retour à la paix définitive. Au nord de la zone militaire (secteur de Bignona), le chef guérillero Salif Sadio est stratégiquement privé de sa profondeur gambienne. Le sanctuaire étant sous le contrôle des armées du Sénégal via le mandat de la CEDEAO. Politiquement, il est orphelin de l’éloignement de son mentor Yaya Jammeh. Moralement, Salif Sadio n’est pas loin de l’effondrement. Il se lamente sur son sort d’adulte proche de la vieillesse, sans vie familiale. En temps de guerre, un ennemi qui a le moral aux talons, est un ennemi à moitié vaincu. Donc enclin à faire les concessions décisives sur le chemin de la paix.
A l’extrême-sud de la région, subsiste le maquis commandé par César Atoute Badiatte et adossé à la république de Guinée-Bissau. Ce foyer séparatiste et armé est, bien entendu, moins affecté par la nouvelle donne gambienne. Sa rivalité endémique avec le groupe de Salif Sadio, lui dicte une stratégie, en dents de scie, caractérisée par des pressions militaires sur le terrain, rapidement suivies par des compromis temporaires qui rendent très souvent optimistes les facilitateurs et le gouvernement sénégalais. Il s’y ajoute que César Atoute Badiatte exploite militairement la proximité de la frontière bissau-guinéenne et profite socialement de l’hospitalité naturelle que lui offrent des milliers de déplacés casamançais naturalisés dans ce pays voisin, après trente ans de vie éreintante de réfugiés.
Le tableau des avantages pour le MFDC serait incomplet si l’on ne mentionnait pas la crise au sommet de l’Exécutif, en Guinée-Bissau, qui permet aux rebelles de pêcher utilement en eaux politiquement troubles, en jouant la carte des alliances changeantes au sein du PAIGC, pour obtenir de favorables retours d’ascenseurs, de la part de ceux qui gagnent ou perdent momentanément à Bissau. Pour la petite histoire, César Atoute Badiatte avait passé sa lune miel, au début des années 2000, dans un hôtel de Bissau, en compagnie de sa dulcinée fraichement épousée dans le village de Niamone-barrage. Enfin – au chapitre des handicaps et à l’opposé de Salif Sadio – César Atoute est physiquement diminué, Déjà borgne, il est, aujourd’hui, quasiment atteint de cécité, avec le second œil qui s’éteint progressivement. Commande-t-il toujours le maquis ou est-il en douceur remplacé par un sous-chef peu connu ?
La solidité relative du Front Sud de la rébellion et le mystère épais autour de ses dirigeants sur le terrain, font que les spécialistes lui imputent automatiquement la mort des 13 personnes. A ce propos, il serait erroné de croire que la piétaille du MFDC (les maquisards semi-analphabètes) est incapable de jouer au poker politiquement menteur et d’user de surenchères qui traditionnellement préludent à toute féconde négociation. Certes, l’aile intérieure (César, Salif et Cie) est intellectuellement faible mais les réflexions et les orientations stratégiques arrivent du MFDC-Europe. Ce fameux Cercle des Intellectuels du MFDC, basé Outre-Méditerranée, qui alimente en idées et dicte les postures à adopter, face au gouvernement de Dakar. Des lobbies et des intérêts bien camouflés, ici et là, tirent également les ficelles et donnent le tempo de l’escalade ou de la désescalade dans le conflit, avec des arguments qui font mouche dans le maquis et chez le Casamançais moyen.
D’après la presse, la littérature et le discours des maîtres à penser du maquis, la classe politique de Dakar (opposition comme pouvoir) est plus absorbée par les élections, les mandats présidentiels, les batailles judiciaires etc. que le sort de la Casamance. Une région que le tiers des milliards réunis et affectés au TER et à Ila Touba, mettrait en valeur de Diogué à Manda-Douane. L’argument semble d’autant plus percutant que le Président Macky Sall a parlé « d’équité territoriale » dans son adresse de fin d’année. Preuve qu’il existe des poches de disparités dans le développement qu’il faut normalement enrayer.
En tout état de cause, la tuerie de Ziguinchor nous rappelle qu’il est urgentissime de résoudre ce conflit qui, est aussi, le ventre mou par lequel un Etat voisin et un pays lointain peuvent infliger un coup fatal au Sénégal. A cet effet, deux choix non antinomiques seront payants : se battre fermement sur le théâtre des opérations et négocier sincèrement autour de la table. Après avoir dépollué proprement les facilitations et les médiations malsaines. A cet égard, l’étude comparée des conflits analogues (je ne dis pas identiques) peut être précieuse. Par exemple, la guerre intérieure la plus ancienne (52 ans) s’est achevée en Colombie, par un Accord entre le gouvernement de Bogota et les FARC.
La paix colombienne est d’autant plus intéressante à méditer qu’elle est le fruit de l’implication sincère de pays voisins et non voisins : le Venezuela de Hugo Chavez et Cuba (idéologiquement proches de la guérilla des FARC), l’Equateur et le Vatican très influents auprès du Président colombien, Juan Manuel Dos Santos. Nous voulons croire que le conflit casamançais ne durera pas un demi-siècle.

PiccMi.Com

Lundi 8 Janvier 2018 - 14:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.