contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Le rapport de l’ARMP et le message de Macky Sall au menu



Le rapport d’audit de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) 2013 publié mercredi et le message du chef de l’Etat à l’occasion du nouvel an constituent les sujets phares des quotidiens reçus vendredi à l’APS.



Le rapport de l’ARMP et le message de Macky Sall au menu
Concernant le rapport de l’ARMP, L’Observateur titre : ‘’Les premiers cafards du clan Sall’’.

''Le slogan est bien appris. La +gouvernance sobre et vertueuse+ est tant bien chantée par le chef de l’Etat et son camp. Mais dans la pratique, la leçon est loin d’être sue (…). Les hommes nommés par Macky Sall aux postes de responsabilité ne sont pas des modèles en matière de passation de marchés. Les travaux effectués par les auditeurs ont mis à nu des bizarreries et des écarts dans la gestion de la commande publique’’, écrit L’Observateur.

Le journal souligne à ce propos qu'au ministère des Finances, ''Amadou Kane étale ses dépenses de prestiges, au ministère de la Justice, Mimi Touré se perd au séminaire pour la Cour de l’enrichissement illicite (CREI), au ministère de l’Intérieur, Mbaye Ndiaye offre 3,2 milliards de francs par entente directe’’.

La Tribune parle aussi ‘’des cafards’’ du régime de Macky Sall qui ont été mis à nu par les auditeurs de l’ARMP, tandis que Le Populaire évoque les ‘’graves violations’’ décelées dans la gestion des deniers publics.

‘’Des ministères (ont été) épinglés sur des marchés par entente directe’’, selon Le Populaire qui ajoute : ‘’L’ARMP plaide pour la délégation de service public au détriment du Partenariat public-privé et fâche le Premier ministre’’.

Concernant l’option pour le partenariat public-privé ou la délégation de service public, Enquête relève que le Premier ministre et le directeur général de l’ARMP ‘’ne sont pas sur la même longue d’onde’’.

‘’Le DG de l’ARMP conseille au gouvernement d’encourager les délégations de services publics qui offrent plus d’opportunités à nos Etats qui ne disposent pas suffisamment de ressources financières’’, écrit le journal.

Mais, ajoute la publication, c’est un avis ‘’non partagé par le chef du gouvernement Mahammad Dionne qui pense que le problème n’est pas dans le concept mais plutôt dans ce qu’on y met’’.

Au sujet du rapport d’audit toujours, Libération titre : ‘’Ils ont fait tort…’’. Le journal évoque des ‘’cas inédits’’ de mauvaise gestion décelés par l’ARMP. Ainsi, ‘’le PCR de Niakhar achète une coupe de Navétanes à 600 mille francs'', ''un consultant +gagne+ le marché de dallage du parking du ministère de l’Elevage'', ''une quincaillerie pour organiser des réunions au ministère des Sports'', ''à l’Hydraulique, l’adjoint du préfet atteste un marché avant la signature du contrat (…)’’.

Abordant le message de nouvel an du chef de l’Etat, Sud Quotidien relève que ‘’Macky zappe les grands enjeux de l’heure’’. Le journal cite le dialogue politique, l’Acte 3 de la décentralisation, l’Office national anti-corruption (OFNAC).

S’adressant mercredi soir à la télévision, Macky Sall a abordé les bourses sociales, la paix en Casamance, la construction d’universités, le développement de l’agriculture, la couverture maladie universelle, entre autres.

Walfadjri signale aussi ‘’(les) oublis volontaires de Macky’’. Le journal évoque la réforme des institutions, la question de la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans, la traques des bien mal acquis, les dossiers Arcelor Mittal et Petro Tim.

Le Quotidien s’intéresse aux messages du chef de l’Etat et de son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade qui s’est également adressé aux Sénégalais, à l’occasion du nouvel an. Le journal titre : ‘’Macky-Wade, la guerre des discours’’.


Vendredi 2 Janvier 2015 - 08:38



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.