contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Le secteur privé veut injecter 1,5 milliard de francs CFA dans le système éducatif





Le secteur privé veut injecter 1,5 milliard de francs CFA dans le système éducatif
La Fondation du secteur privé pour l’éducation (FSPE) va investir 1,5 milliard de francs CFA dans trois programmes scolaires visant plusieurs objectifs, dont l’"adéquation de l’éducation avec le marché de l’emploi", a annoncé jeudi à Dakar son président Mansour Cama.

Les trois programmes viendront en aide au gouvernement dans l’amélioration de la qualité du système éducatif, a-t-il dit lors du lancement des activités de la FSPE, une structure créée en 2014.

Le premier programme, prévu pour une durée de trois ans, est consacré aux "daara", les écoles coraniques. Il concerne 200 établissements dans lesquels 600 millions de francs CFA seront investis, selon la FSPE.

Ce programme offrira aux pensionnaires des écoles coraniques de "nouvelles perspectives" d’apprentissage, "dans un espace convivial et équipé", selon Mansour Cama.

"L’apprenant peut ainsi développer sa culture islamique, tout en acquérant les compétences requises pour accéder à l’école formelle s’il le désire", a expliqué Mansour Cama, également président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES) – employeurs privés.

Le deuxième programme, qui est intitulé "Collèges numériques du 21e siècle, "touchera 120 collèges du pays", qui seront équipées de salles informatiques, pour un montant de 900 millions de francs CFA, selon M. Cama.

Le collège d’enseignement moyen David Diop de Dakar est déjà équipé d’une salle informatique, grâce à ce programme, a indiqué Mansour Cama.

Le dernier programme, intitulé "Découverte du monde de l’entreprise", se chargera de développer "la culture d’entreprise" chez les élèves, selon le président de la FSPE.

Ce volet permettra aux élèves de visiter des entreprises, de connaître certains métiers et de suivre "des stages d’immersion", a expliqué Mansour Cama, en présentant l’initiative de la FSPE au ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam.

"En tant qu’employeurs, la promotion de l’entreprise citoyenne, la responsabilité sociale et sociétale des entreprises en matière d’éducation est une priorité pour nous, de même que la qualité de l’éducation des futurs chefs d’entreprise", a-t-il expliqué.

Mansour Cama a invité les opérateurs économiques à participer à l’élaboration des programmes enseignés dans les écoles, en vue de l’"adéquation de l’éducation avec le marché de l’emploi".

Serigne Mbaye Thiam estime pour sa part que "les programmes déclinés par la Fondation du secteur privé pour l’éducation sont conformes aux objectifs du programme" éducatif à dérouler par le gouvernement pour la période 2013-2025.

Selon lui, ce que propose la FSPE est également en adéquation avec les "conclusions des Assises de l’éducation et de la formation", qui ont eu lieu en 2014.

"Il est heureux de voir le secteur privé national s’engage à répondre, dans le cadre de la responsabilité sociale des entreprises, aux préoccupations du système éducatif", a souligné M. Thiam.

La FSPE a été créée pour "rassembler toutes bonnes volontés, les entreprises et les mécènes, dans le cadre d’un partenariat public, pour contribuer de façon structurée, transparente et pérenne à l’amélioration du système éducatif sénégalais".

Une soixantaine d’entreprises sont pour le moment membres de la Fondation du secteur privé pour l’éducation, selon son président.

La FSPE a aussi comme partenaire le programme chargé de l’éducation de base à l’Agence des Etats-Unis d’Amérique pour le développement international (USAID), a-t-il dit.

Aps


Jeudi 26 Février 2015 - 20:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.