contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Le théâtre en deuil : Mame Sèye Diop, une grande comédienne quitte la scène



La grande famille du théâtre est en deuil. Elle vient de perdre Adja Maïmouna Seynabou Diop, plus connue sous le nom de Mame Sèye. Agée de 65 ans, la comédienne est décédée, hier, laissant derrière elle un grand vide.



Le théâtre en deuil : Mame Sèye Diop, une grande comédienne quitte la scène
Saint-Louis est en deuil. La ville tricentenaire s’est réveillée, hier, dans une profonde tristesse, en apprenant le décès de Mame Sèye Diop, qui s’en est allée sur la pointe des pieds. Mercredi matin, ses proches, amis et sympathisants ont été bouleversés en apprenant la triste nouvelle. Réunis dans un chagrin partagé, ils se sont associés à la famille de la défunte pour exprimer leur douleur, leur souffrance.

Mame Sèye, qui a fait ses études à l’école Duval Filles, au lycée technique André Peytavin puis à l’Ecole des beaux-arts de Dakar, a été dépeinte comme une artiste accomplie, accessible et généreuse.

Pour Alioune Badara Diagne « Golbert », ce décès est une perte terrible pour Saint-Louis et pour le Sénégal. « Mame Sèye était une femme de courage, de vérité, de conviction et de croyance religieuse », a-t-il témoigné. « C’est pour sa diction, la conviction que Dieu lui avait donné que je l’avais détectée très tôt pour l’amener à la radio et en faire une animatrice de l’émission culturelle. Plus tard, elle a intégré la troupe théâtrale où nous formions un trio terrible avec Marie Madeleine Diallo », a-t-il expliqué, tenaillé par l’émotion.

Cette même émotion était perceptible chez Marie Madeleine Diallo, qui a cheminé avec la défunte depuis l’âge de quinze ans.

« Nous venons de perdre l’une des meilleures comédiennes du Sénégal. Indépendamment de nous qui avons fait le théâtre sur le tas, Mame Sèye Diop a fait l’Ecole des beaux-arts de Dakar.

Formée au conservatoire de l’Ecole des arts de Dakar

Elle nous apprenait beaucoup. Elle était d’un grand apport, pour tout le monde, parce qu’elle était cultivée et cela ne la dérangeait pas de partager sa culture. Elle était un grand exemple par son intégrité, par son franc-parler », a dit Marie Madeleine. « Nous avions cheminé ensemble lorsque nous avions 15 ans. Nous ne nous sommes pas connus par le théâtre ni par la Rts. Mame Sèye et moi, c’est une longue histoire. Nous faisions du théâtre ensemble dans la troupe la Saint-louisienne, actuelle Linguère. Et ce que je retiens de ce compagnonnage, c’est sa sincérité, sa façon d’être entière dans ce qu’elle fait.

Malgré sa grande présence, elle était effacée, toujours prompte à aider ses proches et à répondre à toutes les sollicitations.

Sa disparition est une grosse perte pour Saint-Louis et pour le Sénégal », a-t-elle indiqué. Pour Ndella Pène, Saint-Louis a perdu un monument. « Mame Sèye était une femme pleine de vertus. Véridique et dotée d’un franc-parler sans pareil, elle ne manquait jamais de dire ce qu’elle pensait. Elle était, dans la vie réelle, très sociale, tout comme elle l’était dans ses pièces théâtrales. Elle était en paix avec tout le monde. La pièce théâtrale « Bara Yeggo » m’a le plus marquée de toutes celles que j’ai eu à partager avec elle », a dit Ndella Pène. Mame Sèye est connue du public sénégalais grâce au théâtre. Elle est entrée au quatrième art comme on entre en religion. Sa première chance, elle l’avait saisie en 1955, à l’occasion d’une cérémonie de distribution de prix. Par la suite, Mame Sèye étudiera le théâtre pendant 3 ans, au Conservatoire avant de mettre fin aux études brillantes qu’elle effectuait sous la conduite de Edge Diop et Robert Fontaine ( le professeur de diction du président Léopold Sédar Senghor). Mame Sèye qui a formé avec Golbert Diagne et Marie Madeleine Diallo, un trio de choc, a fait les beaux jours de la troupe théâtrale de Radio Saint-Louis, qu’elle avait fini d’intégrer.

Les téléspectateurs se sont familiarisés avec son visage grâce notamment au rôle d’éternel souffre-douleur dans la grande série « Bara Yeggo ». Avec une vingtaine de téléfilms à son actif, Mame Sèye, qui fut la première présidente de l’Arcots de Saint-Louis, avait su prouver qu’elle était une artiste complète. Elle animait également une émission à la Rts tout en étant une femme engagée en politique. Militante du Parti de la vérité concertée pour un Sénégal en avant, elle était conseillère municipale et présidente de la commission culturelle.

La disparition de Mame Sèye est aussi une grande perte pour le mouridisme. Son investissement au sein du « Kourel des deux rakaas » était reconnu. Selon Madické Wade, l’un des membres fondateurs de ce regroupement, « Mame Sèye a toujours été à la pointe du combat pour le triomphe du mouridisme, et aussi la première à distribuer les repas, à partir du lycée Ameth Fall ». Cette grande figure du théâtre a été inhumée, hier, au cimetière de Thiaka Ndiaye. Sa disparition laisse un « grand vide » sur les scènes sénégalaises, mais sa mémoire sera conservée dans le cœur de ceux qui ont aimé cette dame au cœur d’or.

lesoleil

Jeudi 9 Août 2012 - 11:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.