contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les Oranje Avec Un Zeste De Réussite



Le premier pays qualifié pour la finale de la Coupe du monde 2010 a pour nom les Pays-Bas. Les Néerlandais ont mis fin, mardi au Cap, aux espoirs de l'Uruguay (3-2). Tenus en échec à la pause par les Sud-américains, les oranje ont inscrit deux nouveaux buts après le repos par leurs vedettes Sneijder et Robben, avant d'en concéder un, sans incidence, par Pereira (92e). Battus sur la dernière marche en 1974 et 1978, les Pays-Bas verront se présenter dimanche une troisième occasion de remporter, enfin, le Mondial.



Les Oranje Avec Un Zeste De Réussite
Les Pays-Bas verront bien Johannesburg. Une qualification acquise dans la douleur, mardi soir, face à des Uruguayens valeureux qui ont chèrement vendu leur peau. Oscar Tabarez avait prévenu que son équipe jouerait avec son coeur, elle a tenu promesse, tenant tête à des Néerlandais qui ont mené au score avant de reculer, d'être rejoints au score et de se retrouver franchement ballottés en début de seconde période. Il aura fallu un coup de patte d'un Sneijder encore chanceux puis un coup de tête magistral de Robben pour sortir la Hollande de ce mauvais pas et lui permettre de se hisser en finale, pour la troisième fois de son histoire après celles, perdues, en 1974 et 1978.

Mais nul doute que si elle veut enfin décrocher le Graal face à l'Allemagne ou l'Espagne, la formation de Bert van Marwijk devra résoudre ses problèmes défensifs, elle qui a encore pâti des lacunes de sa charnière centrale Heitinga-Mathijsen, à la peine face à un Forlan trop seul sur la pelouse du Green Point Stadium, car orphelin de Suarez, logiquement condamné à suivre cette première demi-finale de la Celeste depuis 1950 des tribunes, un bonnet sur la tête. A l'arrivée, l'équipe sud-américaine, révélation de cette Coupe du monde sud-africaine, tentera samedi à Port Elizabeth de monter sur le podium, avant un retour au pays qui, quel que soit le résultat, sera triomphal.


Le missile de Van Bronckhorst

24 heures plus tard, c'est au Soccer City de Johannesburg que les Pays-Bas achèveront leur parcours, comptant une nouvelle fois sur les coups de patte de Sneijder, qui a rejoint Villa en tête du classement des buteurs (5 réalisations) pour gravir la dernière marche. Le joueur de l'Inter, en quête d'un fabuleux quadruplé, devra encore s'employer, lui qui, à l'instar de son équipe, a parfois souffert face à l'Uruguay. La demi-finale avait pourtant débuté par un premier coup d'éclat avec une accélération de Robben, un centre de Sneijder et une reprise de Kuyt au-dessus (4e). Un mouvement fluide et efficace, prometteur. Pourtant, on comprend rapidement que la volonté première des Néerlandais est bien de conserver le ballon, de faire tourner et ensuite seulement d'accélérer.

Ainsi, les Oranje accaparent le cuir et piquent de temps en temps comme sur ce centre de Kuyt qui contraint Caceres à intervenir devant Van Persie et Robben (10e), ou cette tentative de Sneijder contrée par... Van Persie (13e). La patience des Pays-Bas paie néanmoins lorsque Van Bronckhorst récupère un ballon anodin et le transforme en or, d'une frappe limpide de 35 mètres qui termine sa course dans la lucarne opposée (1-0, 18e). Somptueux ! Un but venu de nulle part qui place les Néerlandais en position idéale. Mais plutôt que de tenter de capitaliser là-dessus, les hommes de Bert Van Marwijk restent calés sur le même faux rythme et commencent même à attendre la Celeste de plus en plus bas.


La réponse de Forlan

Les Sud-américains en profitent pour faire remonter le bloc équipe dans son ensemble. Ils ne sont pas encore dangereux, mais cela leur permet de s'éloigner du but de Muslera, c'est déjà ça. Alors que le rythme du match est franchement retombé, Caceres se met en évidence en tentant un retourné improbable à l'entrée de la surface. Son pied ne touche pas le ballon mais heurte de plein fouet le visage de De Zeeuw sonné (28e). Le défenseur de la Juve se rattrape dans la foulée en reprenant in extremis Robben servi par Van Persie (30e). Les Pays-Bas s'imaginent peut-être à leur aise mais ils ont tort. Car à force de reculer, cela permet aux hommes de Tabarez de se montrer enfin dangereux.

Et si Cavani ne fait pas le bon choix et s'enferme dans la surface (35e), les Uruguayens commencent à montrer le bout de leur nez. Ainsi, Alvaro Pereira tente sa chance (36e) avant de servir un Forlan dont la tête n'est pas cadrée (38e). Il ne faut cependant pas laisser trop d'espaces à l'attaquant de l'Atletico Madrid qui, servi dans l'axe, contrôle, crochète et marque d'une belle frappe du gauche (1-1, 41e) ! Forlan tente de nouveau sa chance sur coup franc mais Stekelenburg reste vigilant et capte le ballon (44e). A la pause, le rythme n'a pas été fantastique, mais les deux buts sont splendides.


Sneijder délivre les siens

Ce premier acte très moyen décide sans doute Van Marwijk à effectuer un choix offensif en remplaçant De Zeeuw par Van der Vaart (46e). Cela ne modifie cependant pas les intentions des Uruguayens qui se montrent les premiers dangereux lorsque Cavani profite d'une mauvaise relance, il est à deux doigts de reprendre devant Stekelenburg sorti à sa rencontre, le ballon revient sur Pereira qui tente sa chance de loin et contraint Van Bronckhorst bien revenu à dégager en corner (50e). Une action qui ne rassasie aucunement la Celeste qui joue toujours aussi haut et fait désormais jeu égal avec des Néerlandais globalement décevants.

A une reprise manquée de Robben (63e), Forlan répond d'un coup franc superbement tiré qui contraint Stekelenburg à une belle parade (67e). Cela réveille les Pays-Bas et Van der Vaart qui frappe fort, Muslera détourne sur Robben, du droit, qui ne cadre pas (68e). Sur l'action suivante, alors que Sneijder s'impatiente, il chipe un ballon destiné à Kuyt et enroule une frappe contrée par Pereira qui finit sa course au pied du poteau (2-1, 70e). Trois minutes plus tard, Kuyt, côté gauche, enroule son centre pour Robben qui trompe Muslera d'une tête smashée (3-1, 73e). En cinq minutes, les Oranje ont fait la différence face à une Celeste groggy mais qui ne capitule pas. Oscar Tabarez lance tout de même Abreu à la place de Pereira (78e). Cela ne modifie rien à la physionomie d'une demi-finale qui a tourné. Le quatrième but n'est pas loin lors de cette action solitaire de Robben mal conclue (86e) ou sur cette frappe de Van der Vaart (88e). Le mot de la fin revient tout de même à l'Uruguay qui réduit le score grâce à une belle frappe enroulée de Maximiliano Pereira (3-2, 90e+2). Les Pays-Bas ont souffert mais ils ont eu gain de cause grâce à leurs individualités. Les voilà devenus l'égal de la merveilleuse équipe de Cruyff dans les années 70. Ils peuvent faire encore mieux...



Source Sports.fr

M.S.

Mardi 6 Juillet 2010 - 16:57



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.