contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les affaires Karim Wade et Bassirou Faye reviennent en force



Les quotidiens reçus jeudi à l’APS traitent principalement de la brutalité dont serait victime Karim Wade et l’arrestation de deux policiers dans le cadre de l’enquête sur l’affaire de Bassirou Faye.



Les affaires Karim Wade et Bassirou Faye reviennent en force
Concernant Karim Wade, Grand-Place rapporte que le fils de l’ex-président de la République a été ''plaqué au sol, menotté et forcé à comparaître'', lors de l’audience de jeudi. ‘’Karim craque’’, affiche le journal. ‘’Invité à interroger le témoin Seydina Issa kane, ancien directeur général de la SENELEC, l’ancien ministre des Transports aériens, Karim Wade, a refusé de s’exécuter en exigeant la présence de ses avocats’’, explique le journal.

‘’Considérant que le prévenu le plus célèbre de Rebeuss refusait de comparaître, le président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) a ordonné qu’on l’amène de force à la barre. C’est ainsi que le fils de l’ancien président de la République du Sénégal (…) est entré dans la salle en boitillant, sous une haute surveillance des gardes pénitentiaires’’, souligne la publication.

Le journal ajoute : ‘’Bourso Pouye, (une de ses avocats) qui a déploré la manière cavalière, rapporte qu’il a été brutalisé, menotté et plaqué avant qu’il +craque+’’.

Selon Le Populaire, ‘’la tension (est) à son paroxysme au procès de la traque des biens mal acquis’’. D’ailleurs, titre le journal, ‘’La Cour fait payer à Karim sa bravoure’’. Le prévenu, rudoyé et menotté a fondu en larmes et son avocat, Me Amadou Sall, ‘’expulsé manu militari de la salle’’, selon Le Pop.

Pour avoir refusé de comparaître sans ses avocat, ‘’Karim malmené’’ affiche Sud Quotidien, tandis que pour La Tribune : ‘’Karim brutalisé et menotté’’. Ce qui fait dire au journal que le procès de l’ancien ministre ‘’prend une autre tournure’’.

Enquête estime que c’est le temps de ‘’l’escalade’’ plus de 5 mois après l’ouverture du procès de Karim Wade pour enrichissement illicite. Le journal écrit : ‘’Henri Grégoire Diop (président de la CREI) expulse Me Amadou Sall (un des avocats du prévenu), Karim Wade plaqué au sol et menotté pour avoir refusé de rejoindre son box, le Parti démocratique sénégalais (PDS) menace d’investir à nouveau la rue’’.

Réagissant dans L’Observateur, l’ancien président de la République déclare que c’est ‘’très grave’’. Me Wade qui voulait rentrer dare-dare au Sénégal mais en a été dissuadé, selon L’Observateur qui rapporte que le doyen des juges a mis en prison deux autres policiers dans l’affaire Bassirou Faye.

Libération aussi signale que deux autres policiers ont été écroués dans le cadre de l’affaire Bassirou Faye, du nom de l’étudiant tué en août 2014, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Le journal parle de ’’révélations sur un rebondissement’’ et souligne que Sidy Mohamed Boughaleb a été mouillé à trois reprises par Sette Diagne (l’étudiant qui a déclaré pouvoir identifier l’auteur du coup de feu mortel) et que Saliou Ndao a été balancé par …Tombong Oualy, le premier mis cause dans cette affaire et écroué.

‘’Deux autres policiers écroués’’, affiche également à sa Une L’As, tandis que Le Quotidien relève ‘’les bizarreries d’une enquête’’. Selon le journal, ‘’aujourd’hui, on est face à une évidence : Mahawa Sémou Diouf (le doyen des juges) se trouve avec trois présumés meurtriers entre les mains. Alors qu’il cherche évidemment un seul coupable’’.

‘’Dés l’arrestation de Tombong Oualy, présumé meurtrier jusqu’ici de Bassirou Faye, les questions étaient restées entières et énigmatiques’’, relève Le Quotidien.


Jeudi 15 Janvier 2015 - 08:18



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.