contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les assises de l’éducation occupent les Unes des journaux



PICCMI.COM – L’ouverture, jeudi, des assises de l’éducation et de la formation, est au cœur des sujets traités par les quotidiens parus ce vendredi.



Les assises de l’éducation occupent les Unes des journaux
''Consensus fort autour de la refondation du système éducatif’’, affiche à sa Une Le Soleil qui écrit : ‘’Le président de la République a présidé hier (jeudi) l’ouverture des assises de l’éducation et de la formation’’.

‘’En présence de toutes les couches de la population, des partenaires et des acteurs, Macky Sall a expliqué la nécessité de refonder le système éducatif sénégalais afin de l’adapter à nos réalités. Pendant trois jours, les acteurs de l’école vont se pencher sur les maux du système éducatif sénégalais afin d’avoir une école refondée dans un environnement apaisé’’, ajoute le journal.

Selon Le Soleil, ‘’le chef de l’Etat s’est engagé à veiller personnellement à l’application des recommandations’’ qui en seront issues.

Pour Sud Quotidien, les assises de l’éducation et de l’éducation sont ‘’au chevet d'une école malade’’. Et dans le journal, des acteurs de l’éducation se prononcent sur l'avenir du système.

Ainsi, selon Bakary Badiane (parent d’élèves) : ‘’il faut se doter d’une école véritablement sénégalaise’’ tandis que le président du comité national de préparation des assises, l’ancien recteur Abdou Salam Sall plaide pour ‘’une école capable de prendre en charge les besoins de la société’’.

Le syndicaliste Mamadou Lamine Dianté estime que la refondation de l’école ‘’doit passer par la pacification de l’espace scolaire’’.

Enquête revient sur les maux d’une école marquée par l’exclusion, le redoublement, les fraudes, le taux d’échec élevé, le déficit en formation et titre : ‘’L’école en lambeaux’’.

De son côté, Le Populaire souligne que le chef veut des ‘’réponses’’ à propos du paradoxe entre les ressources du budget, 40%, allouées à l’éducation et la qualité de l’enseignement.

Macky Sall, rapporte Le Pop, s’est interrogé : ‘’Un pays qui met autant de ressources et qui n’arrive pas le minimum de qualité, il y a un problème et nous attendons des réponses dans les conclusions des recommandations des assises’’.

Pour Walfadjri, les assises ont trois jours pour ‘’diagnostiquer le grand corps malade’’. Mais ce que le journal met en exergue c’est la stratégie d’une partie de l’opposition face à ‘’la confiscation des droits, la vie chère, les coupures d’eau et d’électricité (…)’’.

‘’La résistance s’organise en banlieue’’, titre Walf qui précise que Mamadou Diop Decroix (AJ/PADS) et Oumar Sarr (PDS) sont à ‘’la manœuvre’’ dans ce combat. ‘’Déterminés, disent-ils, à sauver les acquis démocratiques, les leaders de l’opposition sont désormais prêts pour en découdre avec Macky Sall (…)’’, écrit le journal.

‘’Oumar Sarr et Mamadou Diop Decroix l’ont réitéré hier (jeudi) à l’hôtel de ville de Thiaroye sur Mer lors de l’Assemblée générale constitutive pour l’installation de la structure départementale du Front patriotique pour la défense de la République (FPDR)’’, ajoute Walf.

Sur le plan judiciaire, L’As annonce qu’après avoir rendu visite à son ‘’Talibé’’ à Rebeuss, Serigne Cheikh Saliou (fils de feu Serigne Saliou Mbacké, Khalife général des mourides) ‘’œuvre pour la libération’’ de Samuel Sarr, en prison pour ‘’offense au chef de l’Etat’’, entre autres délits.

Au sujet du remboursement des 400 millions de francs Cfa du FESMAN ‘’détournés’’, Libération affiche à sa Une : ‘’Sindiély Wade a transigé’’.

Le journal qui cite des ‘’sources autorisés’’ écrit : ‘’ (….) Sindiély Wade a remboursé 400 millions de francs Cfa qu’elle avait personnellement détournés. Selon nos informations, lorsque l’Inspection générale d’Etat (IGE) a interrogé Sindiély Wade, elle n’a eu d’autres choix de passer aux aveux, tellement les faits étaient constants’’.

Aps


Vendredi 29 Août 2014 - 09:38



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.