contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les dix critères du Président Idéal pour le Sénégal



Intégré et ne pas être trop âgé, se sont les deux extrémités du bloc de critères définissant le bon profil du prochain Président de la République. L’œuvre émane d’une table-ronde organisée par le Laboratoire de l’imaginaire de l’Institut fondamental d’Afrique noire.



Les dix critères du Président Idéal pour le Sénégal
[Quels sont les critères du Président idéale pour le Sénégal et comment les choisit-on ?

C’est pour répondre à ces questions que dix (10) intellectuels venant de différentes strates de la société sénégalaise se sont récemment donnés rendez-vous à l’Institut fondamental d’Afrique noire(IFAN).

Des résultats on retient la pôle position du critère d’ « intégrité » qui semble être l’attribut cherché chez la majorité des participants. Les autres critères sont dans l’ordre croissant : être « instruit/bien formé » avoir du « charisme »(ou le « sens du leadership »), être « démocrate, « avoir une bonne connaissance du pays », « avoir des relations à l’international », avoir de l’« expérience politique », savoir être « éthique », être un « technocrate », être « croyant » et, enfin, « ne pas être trop âgé ».

La séance, organisée par le Laboratoire de l’imaginaire a réuni politologues, conseillers en image, étudiants, théologiens et, entre autres, islamologues qui ont chacun donné une liste de qualités qu’ils souhaiteraient retrouver chez le prochain président du Sénégal. Les résultats dépouillés, ont ensuite été comparés et compilés pour aboutir à un consensus.

Contribution citoyenne
L’intérêt de l’événement, considéré par le modérateur, le Pr. Ibrahima Sow, comme un « exercice », était de donner autant que possible une image objective du pouvoir et de ses représentants. Dans une dynamique prospective, le Laboratoire de l’imaginaire a ansi voulu apporter son propre regard sur le choix qu’auront bientôt à faire les Sénégalais : « Nous voulons permettre à nos citoyens d’avoir des possibilités de choix qui ne se basent pas seulement sur la politique politicienne. Grace à cet exercice, il est, pour la première fois possible de déterminer des critères à partir desquels il serait loisible de dégager le profil pertinent d’un candidat. C’est une épreuve salutaire de contribution citoyenne », explique le Pr Sow.

Fait intéressant, les participants, portant choisis pour leur appartenance à des classes socioprofessionnelles marquées, n’ont pas tout réagis de manière clichée. En effet, ce n’est nul autre que l’islamologue Assane Seck, pourtant imam, qui affirma pour avoir une chance d’être élu au Sénégal, un candidat doit impérativement s’inspirer des théories de Machiavel. Même chose avec Dieynaba Diack Ly, styliste de profession, qui a surpris tout le monde en soutenant que le futur président de la République doit avant tout être « pieux ».

La rencontre aurait du s’achever sur le remplissage de chaque intervenant d’un listing déterminant lesquels de présidentiables déclarés pour l’échéance de février 2012 correspondent aux critères retenus ci-dessus. Mais cela n’a pu avoir lieu du fait de quelques récalcitrants chez les votants. Cette tournure inattendue a fâché le modérateur qui, plus tard, s’est emporté en décrétant : « la conférence a avorté ».




Source: l'Enquête
Mis en Ligne Piccmi.Com






Vendredi 28 Octobre 2011 - 10:01



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Réagissez à cet Article

1.Posté par diop le 28/10/2011 12:41 (depuis mobile)

maintenant s'est à nous de choisir un président qui mémorise tous ces critéres.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.