contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Les guerres religieuses au Sénégal : les thiédos du Saloum face à la montée de l’Islam



Le premier incident entre souverains thiédos (guerriers païens) du Saloum et marabouts est provoqué par le Bour Saloum Socé Bigué Ndiaye (1854). Celui-ci, très hostile aux musulmans, invita des chefs musulmans à un banquet à Kaymor où il était Boumy (chef de province et prince héritier du trône), leur servit du vin et les envoya se promener sous le chaud soleil, pour les enivrer.



Les guerres religieuses au Sénégal : les thiédos du Saloum face à la montée de l’Islam
Ce geste entraîna un grand mécontentement auprès de la communauté musulmane. Arrivé au pouvoir ; neuf mois après son forfait, il perdit la raison avant de mourir au bout de seize jours de règne.

Son successeur, Coumba Ndama Mbodj (1854-1859) avait également la même attitude de mépris vis-à-vis des musulmans. A titre d’exemple, pour provoquer le marabout et chef de village de Nandjigui, il se coucha sur son lit alors qu’il était un simple dauphin. Jugeant inacceptable de voir un païen couché sur le lit d’un musulman, le marabout le chassa vigoureusement. Arrivé au pouvoir l’année suivante, il tua le marabout, incendia son village, traduisit sa population en servitude et la vendit aux enchères. Cette situation créa une indignation chez les musulmans qui organisèrent une campagne de souscription volontaire pour affranchir leurs coreligionnaires. Celle-ci était d’ailleurs dirigée par Maba Diakhou Ba, alors jeune maître coranique.

Cependant, les vraies hostilités entre autorités politiques païennes du Saloum et musulmans démarrèrent réellement en 1862 avec le grand mouvement de prédication dirigé par trois marabouts du Rip, en l’occurrence Sambou Oumané Touré, Mandiaye Khorédia et Cheikhou Diop. Après avoir vaincu les chefs païens du Sabakh et Sandial, deux provinces du Rip, ils attaquèrent l’une des provinces les plus illustres du Saloum, le Kayemor, dont le chef fut vaincu. Il a fallu l’intervention du Bour Saloum d’alors, Samba Laobé Fall, pour rétablir l’ordre après l’élimination de Sambou Oumané et de Mandiaye Khorédia.

Les hostilités entre souverains du Saloum et chefs musulmans se sont intensifiées avec l’arrivée de Maba Diakhou Ba qui, aidé par les Guelwars émigrés au Rip, les anciens compagnons du défunt Damel Macodou et tous les opposants aux régimes en place (chefs traditionnels du Rip et du Saloum), élimina le Bour Rip Diéréba Marone et repoussa l’offensive de Samba Laobé contre le Rip. Il envahit ensuite le Saloum, vainquit le roi Samba Laobé à Thikat, incendia Kahone, la capitale, et les villages de Maka Kahone et Daga Mignane. Après le décès de Samba Laobé et l’annexion des provinces les plus illustres du Saloum (Ndoucoumane, Laghem, Ndémène, Kaymor, etc.) par Maba et face à l’incapacité des Bour Saloum à arrêter la pression musulmane, l’Administration française reconnut celui-ci comme Chef du Saloum au détriment de l’aristocratie Guelwar en 1864.

Après la mort de Maba en 1867, Fakha Fall (1864-1871), reprit le pouvoir au Saloum et tenta de reconstruire le pays avec l’appui des Français mais il ne parvint pas à atteindre ses objectifs à cause de la pression des successeurs de Maba conduits par son frère Mamour Ndari Ba. La reconquête du Saloum fut entreprise par Sadiouka Mbodj (1876-1879) qui envahit le Rip et attaqua la redoute de Thikat défendue par les hommes de Mamour Ndari. Mais toutes ses actions se soldèrent par des échecs. Plus grave encore pour le Saloum, les contre-attaques des marabouts à Thikat, Thiofak et Maka Kahone furent désastreuses parce que la reine-mère Coumba Daga fut assassinée, la petite fille du roi prise en otage et mariée à Saer Maty, fils de Maba, et le pays envahi de nouveau.

PiccMi.Com

Lundi 30 Octobre 2017 - 14:07



Réagissez à cet Article

1.Posté par mamadou le 06/03/2018 04:25

Très intéressant !! Merci pour le rappel des événements et Histoires du Sénégal !!
Good Job !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.