contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les journaux évoquent les suites judiciaires de la disparition de l’avion de Sénégal Air



Les journaux reçus jeudi à l’APS évoquent l’ouverture par le Parquet de Paris d’une enquête pour homicide involontaire, suite à la disparition, samedi dernier au large de Dakar, d’un avion de Sénégal Air.



A ce propos, Libération relève que ‘’le parquet de Paris lâche ses gendarmes’’. L’avion médical de la compagnie privée est porté disparu depuis samedi soir à 111 Km de Dakar L’appareil avait à bord deux Algériens et un Congolais, qui constituaient son équipage, en plus

d’une patiente française, d’un médecin et de deux infirmiers de nationalité sénégalaise. Il avait quitté Ouagadougou pour Dakar.

L’appareil qui fait actuellement l’objet de recherches en mer avait croisé le vol CEIBA (CEL 071) Boeing 737 800 à destination de Cotonou, selon les autorités de l’aviation civile.

’’L’homicide involontaire est visée après la disparition de Catherine Ferrat’’, selon Libération qui écrit : ‘’Des gendarmes français sont attendus dans la capitale sénégalaise les prochains jours alors qu’un comité mixte police-gendarmerie a débuté ses investigations depuis avant-hier (mardi)’’.

Le journal précise que l’enquête de ce comité ‘’est différente de celle du Bureau d’enquête et d’analyse (BEA) mis en place par décret présidentiel’’.

‘’Le Parquet de Paris ouvre une enquête pour homicide involontaire’’, titre également Le Populaire. Sur le même sujet, Libération affiche : ‘’Les recherches avancent, la justice française s’en mêle’’.

Concernant la disparition de l’appareil de Sénégal Air toujours, Enquête souligne que la famille du docteur Yahya Diop a fait son deuil’’. Elle a organisé, mercredi, une cérémonie de prières en présence des parents, amis et voisins ‘’venus lui rendre un dernier hommage’’.

Le Soleil est toujours sur le voyage du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall au Portugal, qui traduit, selon le journal, ‘’une volonté commune de renforcer les relations économiques’’ entre les deux pays.

Evoquant le procès de l’ancien président tchadien devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE), Le Quotidien constate que ‘’Habré Kam (est) sur sa chaise’’.

Le journal souligne qu’appelé à la barre pour l’interrogatoire de personnalité, Hissène Habré est resté calfeutré sur sa chaise comme s’il était dans son salon en balançant le pied droit en l’air’’.

Et la publication d’ajouter : ‘’Le juge burkinabé Gustave Kam a pris acte en consignant son attitude dans le procès-verbal’’.

En politique et au sujet de la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans, L’Observateur signale que la dernière mouture du texte a été bouclée. D’où ce titre du journal : ‘’Macky Sall tient son référendum’’.

Le Témoin au quotidien évoque ’’la recrudescence’’ de la criminalité et s’interroge : ‘’Le retour de la peine de mort, la clé ?’’.




Jeudi 10 Septembre 2015 - 09:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.