contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les propos de Jean-Félix Paganon sur le procès Karim Wade au menu



Les propos de l’ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Félix Paganon, sur le procès Karim Wade sont largement commentés par les journaux reçus lundi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).



Les propos de Jean-Félix Paganon sur le procès Karim Wade au menu
Répondant à l’émission le Grand-Jury, sur la RFM, dimanche, à la question : ‘’Au regard du déroulement du procès, une condamnation de Karim Wade ne vous étonnerait pas ?’’, le diplomate a dit : ‘’Je dirais, qu’à l’inverse, qu’un non-lieu serait plus étonnant. Ce n’est pas un souhait, mais un sentiment’’.

Au sujet de la sortie de l’ambassadeur français, Le Quotidien titre : ‘’Paganon peu diplomate’’. L’ambassadeur ‘’s’étonne que Karim Wade obtienne un non-lieu le 23 mars au vu du déroulement du procès’’, relève le journal.

Dans Le Quotidien, Me El Hadji Amadou Sall, un des avocats du prévenu déclare : ‘’Jean-Félix Paganon (…) a tenu des propos qui, incontestablement, vont contribuer à créer durablement un sentiment anti-français tant ils sont irrévérencieux et irrespectueux’’.

L’As parle ‘’d’ingérence dans les affaires intérieures’’ du Sénégal et titre : ‘’L’ambassadeur de France +condamne+ Karim’’. ‘’Karim Wade, poursuivi pour enrichissement illicite n’a pas beaucoup de chance pour échapper à une condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). C’est ce que semble dire l’ambassadeur de France (…)’’, écrit le journal.

Le Populaire se fait également l’écho des propos de M. Paganon, ajoutant que le Parti démocratique sénégalais (PDS) ‘’dénonce une immixtion dans les affaires intérieures du Sénégal’’.

A propos de Karim Wade, le journal Enquête souligne que Me Abdoulaye Wade ‘’est de plus en plus seul dans la bataille pour la libération’’ de son fils. Enquête fait état du ‘’lobying perdant de Gorgui’’ et relève qu’après Touba et Tivaouane, ‘’Paris se braque’’.

Le journal rappelle avoir écrit que la France ‘’n’allait pas répondre à la missive que Me Wade avait envoyée au président François Hollande pour dénoncer de multiples violations des droits humains, particulièrement ceux de son fils Karim Wade, dans le cadre de la procédure spéciale enclenchée contre lui’’.

Après la sortie de l’ambassadeur, le journal estime que ‘’c’est maintenant limpide que la France a choisi de s’éloigner d’Abdoulaye Wade dans son combat paternaliste pour obtenir la libération de son fils’’.

Dans sa livraison du jour, Le Témoin au quotidien revient sur la loi-cadre des universités en titrant : ‘’Les concessions de l’Etat au SAES (Syndicat autonome de l’enseignement supérieur)’’. Cette loi-cadre, selon le journal, ‘’sera complétée par une loi interprétative qui donnera aux enseignants le privilège de désigner les 10 membres du conseil d’administration provenant de la société civile ou des entreprises’’.

‘’Cette nouvelle loi sera rétroactive et le premier texte sera gardé intact. Le gouvernement a fait cette concession pour sauver l’année universitaire’’, ajoute Le Témoin au quotidien.

Les journaux Sud quotidien et Le Soleil reviennent sur la journée du 8 mars. Sud s’intéresse à l’univers carcéral féminin où 72% des femmes sont en détention préventive. Il y a aussi les traumatismes, la mauvaise alimentation, selon le journal qui titre : ‘’Drame des détenues’’.

Dans Le Soleil, le Premier ministre exhorte les futures femmes leaders à s’approprier le Plan Sénégal émergent (PSE). Le chef du gouvernement participait à une réunion organisée par le mensuel Intelligences Magazine, en partenariat avec ONU-Femmes dans le cadre de la Journée internationale de la femme.


Lundi 9 Mars 2015 - 08:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.