contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les quotidiens à l'heure du Burkina Faso



es quotidiens parvenus vendredi à l’APS s’intéressent principalement à la situation prévalant au Burkina Faso et au sort du président Blaise Compaoré dont le pouvoir se trouve malmené par une révolte populaire contre une révision constitutionnelle.



Les quotidiens à l'heure du Burkina Faso
‘’Hier jeudi 30 octobre au matin, les députés du Burkina Faso devaient examiner le projet de loi portant sur la révision de la Constitution permettant une nouvelle candidature du président Blaise Compaoré après 2015. Sous la pression, le vote a été annulé’’, avance le quotidien Le Populaire.

‘’Trop tard : avant le début de la séance, des manifestants avaient réussi à pénétrer dans l’enceinte du Parlement et des affrontements mortels ont eu lieu par la suite dans le pays’’, ajoute le journal, parlant d’une ‘’journée insurrectionnelle au Burkina Faso’’.

‘’La violente révolte a poussé l’armée à prendre le pouvoir, annonçant la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale et instaurant un couvre-feu après une journée d’émeutes contre le régime de Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans’’, rapporte une dépêche d’agence reprise par le quotidien national Le Soleil.

‘’Confusion totale au Burkina Faso après une nouvelle journée de révolte à Ouagadougou et dans les grandes villes du pays. Même si l’expression +coup d’Etat+ n’est pas encore sortie de la bouche des chefs de l’armée, tout porte à croire que Blaise Compaoré ne tient plus le pouvoir’’, rapporte Walfadjri. ‘’Le flou est total au Burkina Faso’’, renchérit le journal Le Quotidien.

C’est que Blaise Compaoré est ‘’victime du mandat de trop’’, estime Le Soleil. ‘’S’il avait réussi à tisser sa toile au point de devenir le +faiseur de paix+ dans la sous-région, Blaise Compaoré n’est jamais parvenu à faire oublier son implication dans l’assassinat de son frère d’armes et ami d’enfance, Thomas Sankara’’, analyse le journal dans un portrait qu’il dresse du président du FASO.

‘’Par un curieux retournement de situation, le voilà, à son tour, confronté au tribunal de l’histoire’’, note Le Soleil. ‘’À 63 ans, l’ancien putschiste entendait briguer un cinquième mandat en novembre 2015 et, pour parvenir à ses fins, il n’avait pas hésité à soumettre un projet de loi pour modifier l’article 37 de la Constitution, qui l’en empêchait’’.

Et dire qu’il avait été prévenu par nombre de ses pairs. ‘’À la suite de François Hollande qui avait écrit au président burkinabé, le 7 octobre dernier, Macky Sall avait conseillé à Blaise Compaoré de retirer son texte contesté, lors d’une conversation téléphonique avant-hier, c’est-à-dire 24 heures avant que ne siège l’Assemblée’’ nationale, si l’on en croit Libération.

‘’Compaoré emporté par son entêtement’’, souligne L’As. ‘’Toute chose a une fin, écrit-t-il. Blaise Compaoré l’a appris à ses dépens, lui qui a voulu s’accrocher au pouvoir contre la Constitution et le peuple burkinabé. Le peuple comme un seul homme s’est levé hier pour reprendre sa souveraineté’’.

Toujours est-il qu’après ‘’une journée marquée par des violences au Burkina Faso, le président contesté Blaise Compaoré s’est exprimé, dans la soirée du 30 octobre, sur la chaîne privée Canal 3. Il a précisé qu’il quitterait la tête de l’exécutif à l’issue de son mandat’’ en 2015, indique Siweul.

‘’Blaise refuse de démissionner’’, relève aussi Direct Info à sa Une. ‘’Plus de 20 morts, Compaoré résiste’’, signale La Tribune. ‘’Blaise prend sa dose du 23 juin’’, selon le quotidien Enquête, qui fait un parallèle avec la situation ayant prévalu au Sénégal, en 2012.

A cette date, une manifestation populaire était parvenue à mettre en échec le vote d’un texte portant sur un ticket présidentiel et considéré à l’époque, sous l’ancien président Abdoulaye Wade, comme le premier acte d’une dévolution monarchique supposée du pouvoir. Le Populaire semble accréditer la même lecture de la situation en affichant ‘’Le syndrome Wade frappe Blaise’’.

‘’Un pays, deux +pouvoirs+’’, constate Waa Grand Place, à la suite de L’Observateur notant que ‘’Blaise Compaoré refuse de partir’’.


Vendredi 31 Octobre 2014 - 08:25



Réagissez à cet Article

1.Posté par GGG le 31/10/2014 09:28

RENTRÉE SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE 2014/2015

DES ANNALES CORRIGES DU BAC L S BFEM CFEE AUX CONCOURS NATIONAUX ENA DOUANE POLICE GENDARMERIE ENOA ENSOA ECOLES MILITAIRES EPT ESP VOLONTARIAT EFI FASTEF EX ECOLE NORMALE ENTSS ENDSS IFACE ENEA ENSEPT AU 782213135 708541203 POSSIBILITÉ DE LIVRAISON A DOMICILE

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.