contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Les quotidiens commentent la marche de Paris



La ''marche républicaine'' organisée dimanche à Paris contre le terrorisme est largement commentée par les quotidiens reçus lundi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).



Les quotidiens commentent la marche de Paris
Une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement dont le président Macky Sall ont pris part dimanche, à Paris, à la "marche républicaine" d'hommage aux 17 personnes tuées dans la série d'attentats qui ont frappé la capitale française, une façon de dire oui à la liberté et non au terrorisme.

Parmi les dirigeants africains présents à Paris, il y avait les présidents Macky Sall (Sénégal), Yayi Boni (Bénin), Faure Gnassingbé (Togo), Ali Bongo Ondimba (Gabon), Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mouhamadou Issoufou (Niger).

‘’Marche république contre le terrorisme, le monde Paris sur la liberté’’, titre Le Quotidien qui écrit : ‘’Ils étaient tous en bonne place dans le cortège hier à Paris. Nos présidents et dirigeants ont voulu prendre à la grande messe contre le terrorisme (…) en hommage aux morts tombés en France, à Charlie Hebdo, comme lors de la prise d’otages (…) Ils ont voulu se donner une bonne image de protecteurs de droits et libertés’’.

‘’Pourtant, chacun de ceux qui étaient partis en France y compris (Macky Sall), a des dossiers de violations des libertés élémentaires dans son propre pays. Une marche dans les rues de Paris ne nous fera pas oublier cela. Au contraire, Macky aura intérêt à faire attention à ses prochains actes, car on lui rappellera certainement la prochaine interdiction’’, ajoute Le Quotidien.

L’Observateur explique pourquoi Macky Sall est ‘’Charlie’’ à Paris. Pour le chef de l’Etat qui s’est confié à ses collaborateurs, souligne le journal, ‘’il s’agit d’une part de maintenir le Sénégal +au rang d’une petite nation à la grande démocratie+’’.

‘’D’autre part, Macky Sall a motivé son voyage pour l’importance du symbole. Un lien non évident souvent établi entre islam et terrorisme. Macky Sall a pensé défendre le contraire’’, rapporte le journal.

Selon la publication, ‘’pour sa participation à la marche d’hier, le chef de l’Etat confie à ses proches vouloir démontrer qu’un pays comme le Sénégal, avec une population musulmane à 90%, s’écarte de la +volonté+ de certains de lier le terrorisme à la religion musulmane’’.

‘’Par ailleurs, poursuit L’Observateur, le chef de l’Etat a convoqué le devoir de reconnaissance des pays du Sahel à la France pour justifier son voyage à Paris’’. Il fait allusion à l’intervention française, lancée le 11 janvier 2013, pour libérer le Mali de l’emprise des Jihadistes qui avaient occupé une partie de ce pays.

Walfadjri y va autrement en titrant : ‘’Macky marche avec les caricatures du Prophète’’. Selon le journal, 6 chefs d’Etat africains ‘’acceptent ce que le Maroc a refusé’’. ‘’Si cette présence est saluée par les médias français, elle soulève de nombreuses interrogations. Comment expliquer aux nombreux musulmans qui les ont élus qu’ils ont marché avec les +caricatures blasphématoires+ du Prophète de l’islam ?’’, s’interroge le quotidien.

Concernant l’attentat contre Charlie Hebdo, Enquête fait état d’un ‘’drame’’ qui soulève ‘’mille questions’’. Le journal indique que ‘’beaucoup d’analystes sérieux de la crise multiforme que connait la France, reconnaissent que le désespoir de ces jeunes sans emploi, dont la grande majorité subit de plein fouet les effets de la crise économique, n’est pas sans lien avec les évènements de Charlie Hebdo’’.

Le Soleil revient sur la pose, samedi, de la première pierre de l'autoroute Thiès-Touba, baptisée ‘’Ilaa Touba’’ en titrant : ‘’Un péage de l’émergence’’. L’évènement s’est déroulé en présence du khalife général des mourides, Serigne Sidy Moukhtar Mbacké.

Parlant de cette infrastructure, L’As écrit: ‘’Macky anticipe sa campagne de 2017’’.


Lundi 12 Janvier 2015 - 08:24



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.