contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Les quotidiens évoquent les ennuis judiciaires d'Aïda Ndiongue et Thione Seck



Une bonne partie des quotidiens a titré ce vendredi sur les affaires judiciaires concernant l’ancienne sénatrice PDS Aïda Ndiongue et l’artiste-musicien Thione Seck.



Les quotidiens évoquent les ennuis judiciaires d'Aïda Ndiongue et Thione Seck
Le tribunal correctionnel de Dakar a prononcé jeudi la relaxe en faveur de Mme Ndiongue pour escroquerie et détournement de deniers publics portant sur 20 milliards de francs CFA.

Son camarade de parti, Abdoul Aziz Diop, directeur de cabinet du ministre de l’Urbanisme au moment des faits incriminés, Modou Sall, un ancien secrétaire général du même ministère, et Amadou Ndiaye, un agent comptable du Plan Jaxaay, ne sont pas coupables de complicité d’escroquerie et de détournement de deniers publics, selon le tribunal.

C’est donc "comme si de rien était… Après deux années de prison, tout le monde rentre à la maison (…) comme il fallait s’y attendre", commente le chroniqueur judiciaire de Walfadjri. "La surévaluation du patrimoine d’Aïda Ndiongue a grandement contribué à sa relaxe", explique-t-il.

Walfadjri, comme d’autres journaux, signale que l’ancienne sénatrice et ses coprévenus ne devraient pas "jubiler ou crier victoire" car l’Etat, partie civile dans cette affaire, va faire appel du verdict rendu par le tribunal correctionnel de Dakar.

Pourtant, Aïda Ndiongue et ses coprévenus "savourent une victoire", selon La Tribune.

Le Quotidien affirme que "le parquet est dans tous ses états", en raison de la relaxe des prévenus. Dans un communiqué repris par plusieurs quotidiens, le procureur de la République dénonce "une décision manifestement illégale et même troublante".

Le parquet reste convaincu, qui avait requis 10 ans de prison ferme à l’encontre des mis en cause, reste convaincu, selon son communiqué, que "la dame Astou Ndiongue dite Aïda a fait usage de manœuvres frauduleuses en créant des sociétés écran" pour se faire attribuer des marchés publics, dans le cadre du Plan Jaxaay, prévu pour reloger des victimes des inondations à Dakar.

"Aïda Ndiongue libérée : colère et soupçons du procureur", titre Le Populaire, sur la base du communiqué du ministère public.

L’As considère la relaxe des prévenus comme "un camouflet" pour le régime actuel, qui a lancé les poursuites judiciaires à l’encontre des responsables du PDS et de ses alliés autrefois au pouvoir. Ce journal, qui publie une interview de l’ancienne sénatrice, estime que Mme Ndiongue et ses coprévenus "ne pouvaient espérer mieux" que la décision du tribunal. "Ils sont aussi libres que l’air", ajoute L’As.

L’Observateur évoque l’"affaire Thione", du nom de l’artiste-chanteur, lead-vocal du Raam Daan, qui a été arrêté par la Gendarmerie, pour détention de "faux billets en euro et dollar d’une valeur de plus de 40 milliards de francs CFA".

"Cet argent m’a été payé pour des tournées que je dois effectuer en Europe", aurait dit Thione Seck aux enquêteurs de la Gendarmerie, selon L’Observateur.

En ce qui concerne cette affaire, les quotidiens donnent des montants très élastiques : 15 milliards de francs CFA (Direct Info), au 40 milliards de francs CFA (L’Observateur et Enquête), 38 milliards de francs CFA (Libération), etc.

"Ce sont de multiples filatures effectuées visant un ressortissant malien qui ont conduit les gendarmes (…) au domicile du patron du ‘Raam Daan’", explique Enquête. "La piste malienne se précise" pour les enquêteurs de la Gendarmerie, signale le journal.

Direct Info évoque "une rocambolesque affaire de faux billets".

APS


Vendredi 29 Mai 2015 - 09:33



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.