contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Les sujets de gouvernance en exergue



Les sujets de gouvernance, en lien avec l'actualité judiciaire dans certains cas, sont les plus en vue dans la livraison de mardi de la presse quotidienne.



Les sujets de gouvernance en exergue
L'Observateur, par exemple, annonce la fin des délais pour les déclarations de patrimoine des ministres et assujettis auprès des services de l’Office nationale contre la corruption et la fraude (OFNAC). Le journal assure par conséquent d'un "début des sanctions".

"Ceux qui ont manqué à leur obligation de déclaration de patrimoine auprès de l'OFNAC ont fort à faire. Au-delà du fait qu'ils ne peuvent plus déclarer leurs biens auprès de l'institution financière dirigée par Nafi Ngom Keïta, parce que le délai imparti est arrivé à expiration depuis plus d'un mois, ils sont tous exposés à de lourdes sanctions allant de la ponction sur salaire au limogeage", explique le journal.

De fait, l'OFNAC "fouille dans l'intimité des ministres et autres assujettis", relève La Tribune, évoquant le formulaire de déclaration de patrimoine élaboré par l'OFNAC qui par ce biais "va semer la panique chez les ministres, les élus et les hauts fonctionnaires concernés".

Déjà, l'OFNAC "fouille Aliou Sall", le maire de Guédiawaye, dans le cadre de l'affaire Pétro Tim, relative à des permis d'exploration pétrolière dont aurait indûment bénéficié le frère du président de la République, Macky Sall. L'OFNAC aurait ainsi donné suite à une plainte du mouvement "Sauvons le Sénégal".

"Aliou Sall détient-il, oui ou non, 30% des actions de Pétro-Tim ? Avait-il 15 millions de salaire mensuel ? Qu'est-ce qui le lie à Franck Timis, Petro-Tim Limited, Timis Corporation et Kosmos Energy ? Toutes ces interrogations trouveront bientôt réponses (…)", affirme Waa Grand place.

"Instaurer la gouvernance vertueuse par le biais de l'OFNAC. Voilà le pari de Nafi Ngom Ndour", la présidente de l'OFNAC qui selon Direct Info "n'a pas hésité à instruire le dossier contre Aliou Sall, frère du président de la République".

Le journal souligne que des "rebondissements" ne sont pas à exclure dans cette affaire qui "n'a pas encore révélé ses secrets", avant de se demander si la "dame de fer" de l'OFNAC ira au bout de son entreprise.

Toujours est-il que la loi instituant l'OFNAC ainsi que le décret sur la déclaration de patrimoine "offrent à l'institution et à sa présidente des pouvoirs exorbitants pour faire rendre gorge à tous les assujettis récalcitrants", fait valoir le journal Le Quotidien.

"On se demande alors quel but vise sa présidente à vouloir porter presse au lieu de mettre en œuvre les pouvoirs qui lui sont conférés", ajoute le même journal, parlant de "fuite en avant" de Nafi Ngom Keïta dont la photo grandeur nature orna sa Une.

D'autres sujets de gouvernance font la Une de plusieurs autres quotidiens à l'image de Libération dont l'édition s'ouvre sur des "magouilles sur 187 millions de francs CFA" au ministère de l'Intérieur sous Mbaye Ndiaye, à travers trois marchés exécutés "sans signature ni approbation".

De même, plusieurs journaux se font l'écho des confessions à la barre de l'ancien directeur du Cadastre, Tahibou Ndiaye, venu la veille témoigner lors du procès pour enrichissement illicite visant Karim, fils et ancien ministre de l'ex-président Abdoulaye Wade.

"Tahibou Ndiaye en témoin-clé", estime Le Quotidien. "L'ex-directeur du cadastre a été auditionné sur un processus d'attribution de terrain au profit de la société Dahlia Sn. Le nom de Wade revient dans le cas du terrain du général Lamine Cissé et M. Ndiaye avoue que la Commission de contrôle des opérations domaniales a souvent émis des +avis favorables+ sur des +procédures irrégulières+ d'attribution", écrit le journal.

M. Ndiaye "aurait bénéficié de 900 millions via le compte de Karim Wade logé à Singapour", mais l'intéressé "a nié cette transaction qualifiée de toc", rapporte Walfadjri. Il a aussi nié, selon le même journal, son implication dans la facilitation de l'acquisition de terrains aux sociétés Istar Immobilier, Dahlia Sa et Arstan Sa qui appartiendraient à Karim Wade et Bibo Bourgi".

"Tahibou Ndiaye soulève des cafards" (Sud Quotidien) et "mouille Macky" (Enquête). Même si son audition "s'est surtout appesantie sur le bail que Karim Wade avait acquis sur la corniche", l'ancien directeur du Cadastre a également dit que l'actuel président de la République "a bénéficié d'un terrain dans le domaine maritime".

Selon l'As, l'ancien directeur du Cadastre a par contre "soutenu n'avoir jamais reçu d'instruction de l'ancien ministre des Infrastructures (Karim Wade) concernant les terrains de Dahlia, Arstand, Star Immobilier. Quand au compte de Singapour dont il serait titulaire, c'est du…chinois pour lui".

Sur un tout autre sujet, le quotidien national Le Soleil rapporte que le président de la République Macky Sall "invite l'Etat à être plus proche des citoyens", à l'occasion d'une levée des couleurs au palais présidentiel, la première de l'année 2015.

"Une occasion pour le président de la République de souhaiter plus de proximité entre le gouvernement et les citoyens pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations", écrit le journal.

Aps


Mardi 6 Janvier 2015 - 09:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.