contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Les sujets politiques priment sur le message de la fête de Noël



Les sujets politiques relèguent pratiquement au second plan la fête de Noël dans la livraison de vendredi de la presse quotidienne, les journaux se faisant surtout l’écho des relations entre le pouvoir, ses soutiens et alliés.



Les sujets politiques priment sur le message de la fête de Noël
‘’La coalition Macky 2012, qui avait porté la candidature de Macky Sall au premier tour de la présidentielle de 2012, risque de connaître une nouvelle scission. Une vingtaine de leaders mécontents du sort que leur réserve le chef de l’Etat se sont rencontrés cette semaine et menacent tout bonnement de quitter le camp du chef de l’Etat’’, rapporte Walfadjri.

‘’Il y a une urgence pour Macky Sall de poser des actes pour dégonfler la grosse boule de colère qui enfle de plus en plus au sein de son parti et de +Macky2012+. Ses +alliés naturels+ ne veulent plus tolérer qu’il les désavoue au profit de ses futurs adversaires’’, renchérit L’Observateur. Selon ce journal, une fronde prendrait forme autour du président de la République.

‘’Le torchon brûle entre le Parti socialiste et les partisans de Macky Sall, constate à son tour l’éditorialiste du Témoin quotidien. Après les attaques soutenues de Mahmoud Saleh directeur de cabinet politique du président de la République contre les alliés de Bennoo Bokk Yaakaar, c’est Macky2012 une galaxie de formations et de personnalités fidèles au président qui prennent le relais avec des diatribes et autres algarades sévères contre le Parti socialiste’’.

Selon l’éditorialiste du journal, cette situation est en lien avec ‘’le double ancrage du PS, dans une sorte d’ambivalence. Le PS reste dans la majorité présidentielle, instanciée par Bennoo Bokk Yaakaar’’, la coalition regroupant les soutiens de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel.

Mais dans le même temps, ajoute-t-il, le PS ‘’garde sa liberté d’action et sa trajectoire de parti constitué normalement pour conquérir le pouvoir’’, alors que la formation socialiste est jusque-là considérée comme l’un des alliés les plus fidèles du pouvoir. De plus, certains de ses responsables siègent au sein du gouvernement.

Pour ne rien arranger, l’Alliance des forces de progrès (AFP) serait également ‘’dans la tourmente’’, rapporte Libération et plusieurs autres journaux, au sujet de la formation politique du président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse, un autre soutien affirmé du pouvoir. Si le PS avait réaffirmé sa volonté de présenter un candidat à la présidentielle de 2017, l’AFP avait annoncé soutenir la candidature du président Macky Sall.

‘’Une frange des jeunes progressistes est montée au créneau pour des cendre en flammes les +rebelles+ de leur formation politique, indiquant que ce sont des voix non autorisées et illégitimes. A ce propos, ces jeunes de Moustapha Niasse leur rappellent que +le débat sur la candidature de l’AFP à l’élection présidentielle de 2017 est définitivement clos’’, écrit Libération.

‘’Le gage de loyauté de Niasse divise l’AFP’’, note le quotidien Le Populaire, estimant que cette formation politique se trouve ‘’dans l’œil du cyclone’’. ‘’Depuis quelques jours, écrit-il, la position du Bureau politique (BP) du 10 mars dernier, excluant toute candidature issue des rangs de ladite formation, est fortement contestée, notamment par de larges franges des jeunes progressistes’’.

La Tribune traduit cette situation comme une ‘’guerre ouverte’’ entre le secrétaire général de l’APF, Moustapha Niasse, et Malick Gackou, le numéro du parti. ‘’Guerre à distance entre Moustapha Niasse et Malick Gackou. Si le président de l’Assemblée nationale +veut sacrifier son parti en l’offrant+ à Macky Sall, le numéro 2 de l’AFP est apparemment opposé à cette option’’, croit savoir ce journal.

‘’Maintenant, les jeune se sont appropriés la bataille qui risque d’avoir des prolongations judiciaires’’, selon La Tribune. Mais ‘’Malick Gackou, le successeur logique de Niasse à la tête de l’AFP, n’a pas encore décidé de prendre ses responsabilités, en dépit des fortes voix contestataires qui voient en lui, le recours idéal pour faire face à l’aveuglement’’, commente le journal.

Pour le reste, les quotidiens reviennent sur le message de Noël du cardinal Théodore Adrien Sarr, l’archevêque émérite de Dakar. Il a appelé ‘’pouvoir et opposition au calme et à la sérénité’’ (La Tribune) et prié ‘’pour une paix définitive en Casamance’’, d’après Le Soleil.

Mgr Sarr ‘’milite pour un retour définitif de la paix en Casamance à la place d’un calme relatif, où il n’y a ni guerre ni paix. Il a aussi dénoncé l’idolâtrie de l’argent en appelant pour qu’elle soit combattue’’, écrit le quotidien national, conforté par le quotidien Enquête. ‘’Le cardinal dénonce +l’idolâtrie de l’argent+’’, rapporte également ce journal.

‘’La célébration de la fête de noël a été une tribune pour le cardinal Théodore Adrien Sarr pour implorer +les personnes morales à prendre conscience+ et éviter +l’exclusion de l’homme+, et aussi pour mettre en garde les Sénégalais contre +l’idolâtrie de l’argent+’’, écrit Le Populaire.

Aps


Vendredi 26 Décembre 2014 - 08:18



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.