contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



MAA : "Nous n’avons pas de leçon à recevoir de Moustapha Diakhaté"



Les Aperistes Authentiques du MAA sont très remontés sur les propos de Mr Moustapha Diakhaté chef de cabinet du Président de la République concernant l’arrêté Ousmane Ngom n° 7580 du 20 Juillet 2011 tenus la semaine dernière.



Nous membres du comité exécutif MAA tenons à recadrer Monsieur le chef de cabinet que nous n’avons pas de leçon à recevoir de lui car il est mal placé. Moustapha Diakhaté n’a pas la légitimité ni l’éthique il avait démissionné de L’APR en Janvier 2012 à un mois de l’élection présidentielle en nous traitant de regroupement de fans club. Il est revenu par la fenêtre après la victoire du 25 Mars 2012 pour se voir bombarder président du groupe parlementaire en Juillet 2012.
D’ailleurs c’est le président le plus limité de l’histoire parlementaire du Sénégal.
Nous persistons sur notre demande de transformer l’arrêté Ousmane Ngom en loi par projet de loi du pouvoir exécutif ou une proposition de loi par l’assemblée national pour les raisons suivantes ; le centre ville abrite les grands institutions de la République les Ambassades , les Banques , le Hôpitaux, les Marchés ,les écoles et Lycées le port de Dakar.
Mr Seydi Gassama directeur exécutif de la section Sénégalaise Amnesty International et Me Assane Dioma N’diaye de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme sont dans leurs rôles mais ils doivent penser aux victimes de ces manifestations : les Pharmacies, Banques les malades qui doivent se rendre dans les hôpitaux, les fidèles qui vont dans les lieux de culte grande mosquée l’église Cathédrale, les commerçants du marché Sandaga.
La sécurité de mos institutions qui se trouvent en centre ville et les Ambassades des pays étrangers…

PiccMi.Com

Samedi 22 Septembre 2018 - 11:00



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.