contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



ME SIDIKI KABA A LA CONFERENCE DES COURS ET TRIBUNAUX : 'NOTRE PRIORITÉ, LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES JURIDICTIONS'





ME SIDIKI KABA A LA CONFERENCE DES COURS ET TRIBUNAUX : 'NOTRE PRIORITÉ, LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES JURIDICTIONS'
PICCMI.COM- La rencontre des chefs de juridiction s’était déroulée, samedi dernier, sous la présidence de Sidiki Kaba, garde des Sceaux, ministre de la Justice. Une session annuelle de partage qui a permis de réfléchir sur les sujets relatifs au management et à l’informatisation des juridictions.


Réforme de la carte judiciaire, institution des Chambres criminelles en lieu et place des Cours d’assises, pour ne citer que ces initiatives, illustrent le mieux l’ambition que l’Etat nourrit pour l’institution judiciaire. Sidiki Kaba dit porter l’attention sur la marche de l’institution cernée par les magistrats sénégalais et qu’il a eu l’honneur de diriger comme garde des Sceaux, et après trente-cinq ans de pratique comme avocat.

La carte judiciaire est l’une de ses ambitions de premier ordre et le cadre juridique est déjà une réalité pour cette réforme. La loi modifiant l’organisation judiciaire a déjà été votée et ses décrets d’application sont, en ce moment, dans le circuit pour signature.

Selon le ministre de Justice, ses services sont en train de passer à l’étape suivante qui est de se doter d’infrastructures pour accompagner le dispositif juridique.

« Ce n’est pas la phase la plus simple, mais d’ores et déjà, malgré une coupe de plus de 3 milliards de FCfa sur notre budget 2015, nous avons prévu de financer, sur ce même budget, la construction de la Cour d’Appel de Tambacounda », note Me Kaba.

En outre, trois autres nouvelles juridictions doivent être construites. Des discussions sont menées avec l’Union Européenne pour voir comment disposer de nouvelles juridictions.

2015 est donc une année phare pour le ministère de la Justice, puisque le Programme sectoriel justice, qui est arrivé à son terme, devra être soit relancé soit remplacé par un autre plus ambitieux.

« Quoi qu’il en soit, la construction de nouvelles juridictions sera placée dans notre stratégie en rang de priorité dans le cadre de la réforme de la justice », affirme encore le garde des Sceaux.

Sidiki Kaba a lancé un appel aux différents chefs de Cours et Tribunaux de ne pas perdre de vue que la construction d’édifices, si nombreux et imposants soient-il, ne suffit pas à donner vie à une juridiction. C’est pour cette raison, justifie-t-il, que cette année, l’accent sera mis sur l’équipement des juridictions.

A côté du mobilier et matériel habituels, Me Kaba a indiqué qu’il est tant de renouveler le parc automobile des chefs de Cours et de Tribunaux qui n’a pas connu d’évolution depuis 2005. « C’est ainsi que nous sommes en train de finaliser, avec le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, une évaluation qui nous permettra d’acquérir des véhicules neufs », soutient-il.

La nouveauté, selon lui, est de doter également les chefs de greffe de voitures. Ce renouvellement massif de parcs automobiles se fera progressivement.

Dématérialisation du registre du commerce

Le ministre a relevé un point qui, dit-il, lui tient bien à cœur, à savoir la dématérialisation des activités de la justice. « Nous risquons de rater un grand tournant si nous ne nous approprions pas la révolution numérique qui est en train de se dérouler sous nos yeux », a avisé Sidiki Kaba, qui ajoute: « nous sommes un pays qui est à l’avant-garde du progrès ».

C’est dans la fidélité à la tradition d’ouverture à l’innovation que le département a signé, avec l’Apix et Gaïndé 2000, une entreprise de prestation informatique, un protocole d’accord pour la dématérialisation des activités relatives au registre du commerce. Ainsi, le garde des Sceaux se rendra prochainement dans les bureaux du Rccm à Pikine pour voir l’opérationnalité du système.

« Si ce système informatique tient ses promesses, nous serons le premier pays de l’Ohada et l’un des tous premiers pays africains à offrir un service aussi porteur de transparence et de célérité dans les activités du registre du commerce.»

Selon Me Kaba, le Sénégal ne s’arrêtera pas en si bon chemin, puisque la dématérialisation des activités liées à la gestion du casier judiciaire est un chantier plus complexe, et que la dématérialisation de la chaîne pénale et celle de la chaîne civile font l’objet de leur attention.

La réalisation de ces chantiers permettra de concrétiser, selon le garde des Sceaux, les actions du Président Macky Sall dans le domaine de la justice, et in fine, donner satisfaction aux concitoyens au nom de qui la justice est rendue.

Sidiki Kaba a également évoqué les citoyens qui critiquent le manque de célérité, l’incompréhension de certaines décisions et l’absence d’ouverture du système judiciaire aux usagers. «Il faut regretter ces critiques liées à ces dysfonctionnements qui, pour la plupart, relèvent de l’insuffisance de moyens matériels qui sont alloués à l’institution judiciaire.

Une insuffisance qui est liée aussi au caractère limitée des ressources de l’Etat» a-t-il dit. Ainsi, il a exprimé sa confiance et celle du gouvernement aux magistrats pour le travail qu’ils font et qui leur permis malgré tout, d’avoir une justice dont les membres font honneur à notre Nation en brillant partout où ils sont appelés à servir, notamment au sein des institutions internationales.

Il faut donc que ces concitoyens trouvent avec eux, célérité, efficacité et humanité.

Le Soleil


Lundi 12 Janvier 2015 - 09:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.