contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Ma réponse au commentaire d’Adama Gaye sur la visite de ZUMA en Algérie : Quelle signification à donner à la visite de ZUMA en Algérie ?





Ma réponse au commentaire d’Adama Gaye sur la visite de ZUMA en Algérie : Quelle signification à donner à la visite de ZUMA en Algérie ?
Elle est opportune et salutaire, au vu du contexte dans lequel cette visite s’est effectuée.
En effet, depuis l’aggravation de la crise en Irak et au Yemen, il s’est dégagé une tendance lourde pour orienter les pays arabes du Magreb africain, dans le giron stratégique du « Grand Moyen Orient » des USA, qui vise à déconnecter, ces pays, du reste de l’Afrique, pour les arrimer avec les pays du Moyen Orient.

D’ailleurs, la Banque mondiale et le FMI ont déjà procédé à cette déconnection en créant, dans leurs Rapports et autres Etudes, le concept de « Midle Est /North Africa » (MENA), à côte de celui de « l’Afrique Sub saharienne ».
Ce faisant, c’est du plomb lourd qu’ils ont implanté dans les ailes de notre projet pan africaniste d’unir les pays du Continent, pour faire de l’Afrique un Etat qui compte dans les destinées de l’humanité.

Cette tendance lourde est accentuée par les conséquences des attaques terroristes contre l’Egypte et la Tunisie, qui sont savamment exploitées pour embarquer les pays du Magreb africain dans le projet de création d’une armée commune de la Ligue Arabe de lutte contre le terrorisme, en sous entendant, contre les « shites » , avec à leur tête, l’Iran, la Syrie et le Hezbolah libanais.

C’est en fait une guerre entre « sunites » et « shites », sous couvert de guerre contre le terrorisme, au moment où du côté « sunite », l’Arabie Saoudite et le Qatar sont accusés de financer le terrorisme en Afrique, notamment au Mali, en Somalie, et au Nigéria, tandis que du côté « shite », l’Iran est accusé de financer le Hezbolah et le HAMAS palestinien, accusés de terrorisme.

C’est dans ce contexte, que la visite de ZUMA, est « principalement consacrée aux questions de sécurité » et « intervient après les déplacements en Algérie des présidents du Mali, du Niger et celui du Zimbabwe qui assure la Présidence de l’Union Africaine».

Ces visites à Alger sont donc d’ordre stratégique majeur, qui devraient contribuer à ramener l’Egypte dans le giron africain et à retenir la Tunisie pour éviter qu’elle ne succombe à l’appel des sirènes pan arabes.
Le « terrorisme » est devenu l’arme stratégique pour reconfigurer les pays de notre continent, à l’image du Soudan, qui a été amputé de son Sud, et sur qui plane une nouvelle scission au Darfour, de même que le Mali avec sa crise au Nord.
L’Algérie, l’Egypte, la Tunisie, le Nigéria, et le Cameroun sont victimes, comme le Mali, de terroristes liés au terrorisme qui s’est implanté en Libye après l’agression contre le régime de Khadafi et son assassinat par l’OTAN, avec comme tête de fil, la France de Sarkozy.

Donc, la lutte contre le terrorisme dans le Magreb africain ne peut se gagner qu’ à travers une Afrique unie disposant d’une puissante force armée et de sécurité, pour extirper le mal du sol Libyen, et non dans la constitution d’une armée de la Ligue arabe contre les rebelles en Somalie, avec l’Iran et la Syrie dans le viseur ; ce qui rentre en droite ligne dans la géostratégie des USA d’un « Grand Moyen Orient » .

C’est pourquoi, comme mentionné dans le texte qui relate cette visite, « l'Algérie et l'Afrique du Sud, veulent tenter de remédier à ce qu'elles appellent la marginalisation du continent africain sur la scène internationale. Une stratégie qui passe, pour les Algériens, par le renforcement des liens diplomatiques avec leurs voisins africains ».
Cette stratégie peut ainsi reposer sur le fait que « l'Algérie et l'Afrique du Sud sont les deux premières puissances militaires du continent » et qu’un « accord de défense a été signé entre les deux pays en 1999 ».

Comment donc delors peut on donc reprocher à ZUMA, dont le Pays assume la Présidence de la Commission de l’Union Africaine, d’être allé à Alger et non auprès du nouveau Président du Nigéria, en évoquant même « l’arrogance et le mépris » des Sud Africains comme pouvant justifier le choix d’un tel voyage ?
Les Nigérians ne sont ils pas critiqués des mêmes travers dans notre sous région ? Et même nous, Sénégalais, sommes nous pas critiqués de ces mêmes travers en Afrique Francophone ?

Evitons donc d’expliquer par ces avatars, les choix « géostratégiques » de nos Chefs d’Etat.
Le Nigéria ne pourra survivre comme Etat dans ses frontières héritées du colonialisme, et donc vaincre le terrorisme au Nord et au SUD de ce pays, et se maintenir comme première puissance économique du continent, que dans le succès de la démarche géostratégique de ZUMA en Algérie.

Nous devrions donc cesser d’être victimes de « l’idéologie pan - négriste », qui a longtemps été l’obstacle à la réussite du combat pan africaniste pour unir nos pays et nos peuples, au sien d’un Puissant Etat qui compte dans le monde actuel.

Notre combat pour le pan africanisme passe par ce chemin.


Ibrahima SENE

PIT/SENEGAL/CDS

Dakar le 3 Avril 2015


Vendredi 3 Avril 2015 - 15:55



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.