contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Macky Sall et Me Wade en vedette dans les quotidiens



PICCMI.COM– La réaction du chef de l'Etat Macky Sall, relative aux violences sur le campus de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, et la réunion du Comité directeur de du Parti démocratique sénégalais (PDS), à laquelle assistait Me Abdoulaye Wade, sont entre autres sujets traités par les quotidiens de ce vendredi.



Macky Sall et Me Wade en vedette dans les quotidiens





"Macky Sall joue la carte de la fermeté" face aux étudiants, annonce Sud Quotidien. "Les étudiants qui sont à l'origine des actes de violence sur le campus social devront rendre des comptes et le ministre de l'Enseignement supérieur et celui de l'Intérieur sont invités à faire appliquer la loi en la matière", rapporte ce journal.

"C'est ce ton de fermeté que le président de la République, Macky Sall, a adopté hier (jeudi) en réunion de Conseil des ministres en évoquant la situation qui prévaut actuellement sur le campus universitaire de Dakar", ajoute le même quotidien.

Sur ce même sujet, celui de la "crise universitaire", Le Populaire également relève que Macky Sall "durcit le ton face aux étudiants", avant de souligner que le chef de l'Etat "engage le gouvernement à appliquer strictement la loi". Et le journal d'ajouter : "Le ministre de l'Intérieur reçoit instruction de sécuriser les espaces universitaires. Des poursuites préconisées contre les vandales".

Le Populaire s'intéresse par ailleurs à la politique, prédisant des "locales de feu", car Abdoulaye Wade (PDS) et Idrissa Seck (Rewmi) "font monter la pression". Me Wade a assisté, jeudi, au Comité directeur de son parti et "va battre campagne pour +écraser l'APR (de Macky Sall) quitte à s'allier avec le diable+", rapporte le journal. Walfadri est également sur la même ligne avec ces propos attribués à Me Wade : "Alliez-vous avec le diable pour battre Macky Sall".

Le quotidien Enquête souligne que pour "son premier comité directeur depuis sa chute de mars 2012, l'ex-président a encore menacé le pouvoir d'agir si la détention de son fils (Karim) se poursuivait". Le Pape du Sopi "a annoncé son engagement dans la campagne des locales et renvoyé toute succession à la tête du PDS aux calendes grecques", ajoute Enquête avec cette Une "Escalade, Wade, un plan de guerre".

Le Quotidien présente pour sa part un Me Wade qui "baisse la tension au comité directeur du PDS", ce que le journal illustre à travers ce titre "Gorgui sort un CD calme". SI l'on en croit ce journal, lors de cette réunion, l'ex-chef de l'Etat "a requinqué ses troupes, mais a aussi exhorté les orateurs (Abdoulaye Faye et Ndèye Gaye Cissé) qui demandaient à +répondre à la forfaiture du régime+ de différer ce bras de fer au lendemain des élections locales".

Abordant les dossiers judiciaires, Libération annonce que Alkaly Cissé "(est) en voie d'être élargi de prison". "Macky Sall obtient (sa) clémence et met vingt mille dollars sur la table", écrit le journal. M. Cissé, ancien député, a été extradé récemment du Maroc vers l'Arabie-Saoudite où il risquait la décapitation pour avoir escroqué un Saoudien de la somme de 2 milliards de francs CFA.

L'As signale que Karim Wade a introduit une demande de liberté provisoire en attendant son procès. Selon le journal, "même si la Commission d'instruction de la Cour de répression de l'enrichissement illicite a pour ainsi dire scellé son sort en l'envoyant comparaître, Karim Wade ne baisse pas les bras pour autant".

"Selon des sources fiables, il a introduit une demande de mise en liberté provisoire. La Commission d'instruction dessaisie, l'ancien ministre des Infrastructures va très probablement comparaître devant les membres de la Cour composée de 5 magistrats du siège pour une audience plaidée et contradictoire. Un autre avant-goût de son procès", précise L'As.

Source: Aps


Vendredi 23 Mai 2014 - 09:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.