contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Macky Sall prône une opération militaire rapide pour libérer le Nord du Mali





Macky Sall prône une opération militaire rapide pour libérer le Nord du Mali
Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall a appelé, lundi à Addis-Abeba, à la ’’mise en place rapide d’une opération militaire sous mandat onusien pour libérer le Nord du Mali et lutter contre les groupes terroristes’’, conformément au chapitre VII des Nations Unies.

Le président Sall s’exprimait devant les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) qui planchaient sur le rapport du Conseil de paix et de sécurité de l'institution continentale.

Tout en indiquant qu’une solution pacifique est certes préférable à la force, le chef de l'Etat a affirmé que le continent doit, ‘’sans tarder, se tenir prêt''.

Il a à cet égard exhorté à la prise de ‘’décisions fortes et sans équivoque pour exprimer la volonté de faire face’’ à la crise au Mali. ‘’Il nous faut agir et agir vite’’, a lancé le chef de l’Etat sénégalais devant ses pairs africains, estimant que ‘’les milices qui occupent le Nord Mali ne peuvent être stoppées par des déclarations’’.

Le président Sall préconise d’’’appuyer la médiation’’ de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) par ‘’des moyens militaires’’, en rappelant que la situation au Mali est l’une des conséquences de la crise libyenne.

Pour Macky Sall, il importe donc d’’’agir ici et maintenant’’, à travers l’adoption d’’’une résolution ferme et claire pour soutenir la CEDEAO’’.

‘’Monter une force’’ n’exclut toutefois pas le dialogique, a indiqué le chef de l’Etat qui a voulu dès l’entame de son discours ‘’attirer l’attention sur la gravité de la situation au Mali.

Selon lui, on est en face d’’’une crise et d’un cas unique’’, avec notamment une crise institutionnelle, des activités terroristes et des trafics de ‘’toutes sortes’’.

Chacun de ces aspects constitue ‘’un sujet de grave préoccupation'', a-t-il dit, insistant sur la nécessité de ‘’sortir des discours''.

Il faut par conséquent ‘’sortir des discours’’ pour aller ‘’vers l’action’’ et ‘’la prise de décisions’’, a dit le chef de l’Etat, qui en appelé à l’’’élargissement du gouvernement de transition qui doit revêtir un caractère plus inclusif''.

‘’Il faut assurer la sécurisation des institutions de la transition’’, a-t-il poursuivi, incitant à ‘’exiger le retrait des militaires de la scène politique’’.


Le Mali vit une crise politique depuis le coup d’Etat du 22 mars, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré.

La partie nord du pays est aux mains des groupes islamistes Ansar Dine et Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) et de leur allié Aqmi.

Aps

Lundi 16 Juillet 2012 - 15:20



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Octobre 2017 - 11:19 Côte d'Ivoire : crash d'un avion cargo


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.