contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Mariama Keïta, candidate malheureuse au Bac devenue agricultrice





Mariama Keïta, candidate malheureuse au Bac devenue agricultrice
Taille moyenne, teint noir, Mairiama Keïta, jeune femme de 24 ans, a choisi, depuis l’année dernière, de revenir à la terre, après deux tentatives infructueuses pour décrocher le Baccalauréat. Elle exploite des champs de mil et d’arachide au comportement apprécié par les techniciens de l’Agence nationale de la météorologie et du ministère de l’Agriculture et de l'Equipement rural.

‘’Après deux tentatives sans succès pour avoir le Baccalauréat (série L), j’ai choisi de revenir exploiter les terres de mes ancêtres qui ne vivaient que d’agriculture’’, a indiqué Mariama Keïta qui a mis en pratique les informations agro-météorologiques dans des champs-test de 0,5 ha d’arachide et autant de mil souna3.

‘’J’ai une fois participé à Kaffrine à un séminaire sur l’utilité des prévisions météorologiques sur les champs et l’intérêt que j’y avais montré m’avait certainement valu le choix porté sur moi par les techniciens de météo pour faire partie des producteurs pionniers du partenariat avec l’agence de la météo’’, a indiqué cette célibataire habitant le village de Sikilo, près de Kaffrine.

Mariama Keïta a montré avec fierté les résultats de l’application stricte des informations agro-météorologiques sur ses champs-écoles de mil souna3 et de la variété 55/437 d’arachide. Elle a reçu les encouragements des techniciens de la météo, de l’agriculture, de la sécurité alimentaire, etc. venus constater l’impact du projet sénégalo-japonais d’intégration de l’adaptation au changement climatique dans le développement durable (INTAC) porté par la météo.

‘’Vous avez semé le 7 juillet, c’est-à-dire une dizaine de jours après les autres quatre producteurs suivis mais il est visible que la variété 55/437 de semence d’arachide est à la phase de formation de gousses’’, s’est réjoui le technicien Cheikh Diouf du service départemental du développement rural.

‘’J’applique à la lettre les recommandations, les informations données par la météo dans mon champ test avec l’appui de mes frères et le résultat est là visible’’, a soutenu Mariama Keïta qui prépare toutefois le concours d’entrée à l’Ecole nationale de police après des tests non concluants pour la gendarmerie.

‘’Il est encourageant de travailler avec des producteurs qui appliquent les recommandations, respectent les orientations données par les techniciens de l’agriculture, de la météo, etc.'', a soutenu l’ingénieur agro-météorologue Diabel Ndiaye qui attend la maturité physiologique en fin septembre et les récoltes à la première décade du mois d’octobre.

‘’Avec une telle approche qui devrait être étendue partout sur le territoire national, nous pouvons combattre durablement l’insécurité alimentaire’’, a, quant à lui, relevé Bounama Dièye du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

Cette approche test à Kaffrine est le fait du projet sénégalo-japonais d’intégration de l’adaptation au changement climatique dans le développement durable au Sénégal (INTAC) managé sur le terrain par un groupe de travail pluridisciplinaire composé des services de l’agriculture, de la protection des végétaux, de l’élevage et de la sécurité alimentaire.

Il s’agit, pour l’Agence de la météo, de mettre à la disposition des agriculteurs, des prévisions à intégrer dans les activités champêtres.

APS

Lundi 27 Août 2012 - 10:16



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Octobre 2017 - 11:19 Côte d'Ivoire : crash d'un avion cargo


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.