contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Maroc: le président gabonais Ali Bongo est arrivé à Rabat



Le président gabonais est au Maroc. Plus d'un mois après son hospitalisation à Riyad, Ali bongo est arrivé ce jeudi 29 novembre 2018, dans la matinée, à Rabat où il va passer sa convalescence.



Ali Bongo est arrivé à Rabat pour un séjour de convalescence et de rééducation dans l'un des hôpitaux de la ville. Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères marocain rapporté dans la presse, cette décision du président a été prise « en accord avec les institutions constitutionnelles du Gabon et en suivant l'avis des médecins ». Les médias gabonais et marocains évoquent la venue d'officiels gabonais au Maroc pour rencontrer le chef de l'Etat.

L'avion d'Ali Bongo a décollé mercredi soir de Riyad. Aucune image n'a filtré de ce transfert. L'épouse du président avait annoncé, il y a deux jours sur Facebook, qu'il se rendrait au Maroc. Le roi Mohammed VI est un ami de longue date. Selon Sylvia Bongo, l'état de son mari s'est sensiblement amélioré. Cette période de convalescence devrait durer quelques semaines, voire quelques jours.

C'est l'épilogue d'une longue incertitude. Il a fallu du temps aux autorités gabonaises pour sortir du silence après l'hospitalisation d'Ali Bongo le 24 octobre dernier à Riyad, où il se trouvait pour un forum économique. Difficile aujourd'hui de connaître l'état de santé réel du chef d'Etat gabonais. Après avoir d'abord évoqué une « fatigue sévère », la présidence avait fini par déclarer qu'il était en train de recouvrer la « plénitude de ses facultés physiques », plus de deux semaines après son entrée à l'hôpital.

PiccMi.Com

Jeudi 29 Novembre 2018 - 13:21



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 12:05 Aqmi dément la mort du chef Djihadiste Amadou Koufa


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.