contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Me Sidiki Kaba aux trousses de Wade, Moustapha Guirassy et Expresso





Me Abdoulaye Wade est directement impliqué dans l’abandon d’une créance de 8 milliards de F Cfa accordée par l’Agence de régulation des Télécommunications et des postes (Artp) à l’opérateur de téléphonie Expresso. Une lettre de Moustapha Guirassy, ancien ministre de la Communication et des télécommunications, le place au sommet du scandale qui pourrait connaitre une suite judiciaire, informe le journal Libération.
Dans sa livraison de ce mercredi 30 mars 2016, ledit quotidien a indiqué que le président Macky Sall, a transmis au Garde des Sceaux, ministre de la Justice, le rapport de la Cour des comptes relatif à la gestion de l’Artp. Si l’ancien directeur général de ladite structure, Ndongo Diao est déjà sous le coup d’une procédure pendante devant le premier cabinet et relatif au contrat ‘’ordurier’’ signé avec Moustapha Yacine Gueye de Mtl, il n’en demeure pas moins que la justice pourrait être amenée à s’intéresser à une autre nébuleuse dans laquelle l’Artp a ‘’offert’’ la rondelette somme de 8 milliards nos francs à Expresso.
Un cadeau suspect qui renseigne sur les relations ‘’particulières’’ entre l’ancien régime et l’opérateur de téléphonie. En effet, renseigne la source médiatique, par délibération du 9 janvier 2012, le collège des délégués de l’Artp a ‘béni’’ deux forfaitures. Il s’agit de l’abandon de créance de cette instance de régulation sur Expresso Sénégal concernant les factures 2009, 2010 et 2011 relatives aux redevances de faisceaux hertziens (Fh) arrêtées à 8 milliards 12 millions et l’exonération du paiement des redevances de Fh dues au titre des années 2012 et 2013.
L’abandon de créances découle, selon le journal d’injonctions écrites de M. Guirassy, alors ministre de la communication, adressées à Ndongo Diaw par lettre en date du 14 Décembre.


Mercredi 30 Mars 2016 - 07:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.