contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Modou Wade tué pour 300 francs



Un jeune apprenti chauffeur du nom de Modou Wade alias Modou Kane a été mortellement agressé à Médina Gounass, après avoir reçu trois coups de couteau dans la nuit du lundi au mardi.



Modou Wade tué pour 300 francs
Dans la nuit du lundi au mardi, vers 22 heures à Médina Gounass, dans la banlieue dakaroise, une brève altercation oppose Modou Wade alias Modou Kane à deux de ces camarades. Une dispute au cours de laquelle l’apprenti chauffeur Modou Wade reçoit trois coups de couteaux. Grièvement blessé, l’apprenti se vide de son sang avant de succomber à ses blessures.
Son corps a été découvert dans une ruelle au quartier Ndick Faye, situé dans la commune de Médina Gounass.

Sur le film de l’altercation qui a été fatal à Modou Wade, également appelé « Souloum », des témoignages recueillis dans le quartier, dans la matinée hier, il ressort que tout est partie d’une maudite somme de 300 francs que deux individus présentés comme des « camarade » de l’apprenti réclamaient avec insistance à Modou Wade. Alors face au refus de Modou Wade de leur donner les 300 francs demandés qu’il gardait par devers de son porte monnaie, les deux graisseurs présentés comme ses camarades n’hésitent pas à lui porter trois coups de couteau mortels. « Deux coups portés dans la région du cœur et un troisième dans l’omoplate droite », informe une source proche de la police de Guédiawaye. Au vu du sang qui giclait et du spectacle du jeune homme qui agonissait, les deux malfaiteurs ne se soucient plus du contenu du porte monnaie qu’il laisse sur place pour prendre leur jambe au cou.

Le défunt Modou Wade était célibataire sans enfant, il était âgé de 23 ans. « C’était un jeune calme et travailleur qui aimait ce qu’il faisait », témoigne Ablaye Camara, chauffeur du « car rapide » à bord duquel l’apprenti chauffeur gagnait sa vie. C’était la consternation aussi chez les membres de sa famille trouvés hier entrain de s’affairer aux dernières formalités pour disposer de son corps gardé pour les besoins de l’autopsie à la morgue de l’hopital A.Le Dantec. « Nous pleurons d’un jeune homme de commerce facile et disponible », pleure un de ses proches.

Dans la commune de Médina Gounass, les populations ne veulent pas que la mort de Modou Wade soit vaine. Elles ont profité de l’occasion pour dénoncer l’insécurité qui règne dans la localité. « Malgré les multiples rafles, les malfaiteurs ont installé la terreur dans la zone, personne n »ose plus sortir la nuit », dénonce. M. Lo, cousin du défunt.
Pour rappel, c’est dans ce même quartier d’un crime est survenu il y a quelques semaines, après une séance de lutte nocturne appelé « mbapatt ».
La victime Babacar Diagne avait été sauvagement poignardée par « Boy Djinné », un malfaiteur connu des services de la police et qui, depuis, séjourne à la maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss.


source Observateur

Mis en ligne Piccmi.com


Mercredi 26 Octobre 2011 - 17:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.